28/12/2018

A quoi pensent les poissons? Des réflexions sur la condition des animaux aquatiques

On tue aujourd'hui entre 1000 et 2700 milliards de poissons chaque année dans le monde, soit 97% des animaux exploités pour leur chair. Et pourtant, nos lointains cousins aquatiques suscitent moins d'intérêt que les mammifères ou les oiseaux quand il s'agit de protéger la condition animale ou la biodiversité. Le biologiste Jonathan Balcombe, spécialiste des poissons, a publié un essai pour comprendre cette indifférence, alors que la recherche récente a montré les étonnantes capacités cognitives et sociales des poissons, mais aussi leur capacité à fuir la douleur et rechercher le plaisir. Une lecture qui fait réfléchir.



Connaissez-vous le menhaden, nom donné à quatre espèces très proches pêchés pour la nourriture des poissons d'élevage, et appelés pour cette raison poissons-fourrage? Sans doute pas. Leur forme et leur couleur sont communes (photo ci-dessus), on les trouve dans les eaux de l'Atlantique et du Pacifique où ils se nourrissent de plancton. Pourtant, ces poisons à peu près inconnus du grand nombre ont été pêchés à hauteur de 1,2 milliards d'individus par an jusque récemment, où l'on a baissé le total autorisé de capture de 300 millions. Ce qui laisse de la marge...

Chaque année sur la planète, l'homme tue entre 1000 et 2700 milliards de poissons par la pêche commerciale, selon une étude d'Allison Mood fondée sur les chiffres de la FAO. A en croire un autre travail de Stephen Cooke et Ian Cowx, ce sont 47 milliards de poissons qui sont capturés chaque année pour la seule pêche de loisir, dont 17 milliards sont tués, et le reste rejeté à l'eau après divers traumatismes.

Ces chiffres indiquent combien l'exploitation des poissons par l'homme est massive, énorme : de très loin, ce sont les animaux les plus tués et les plus harcelés dans le monde. Et pourtant, ce phénomène suscite une certaine indifférence : les êtes humains semblent bien plus sensibles à la question des mammifères ou des oiseaux. Les campagnes de protestation contre la chasse en forêt sont fréquentes, celles contre la pêche en rivière assez rares! Quoique les choses évoluent peu à peu.

Biologiste spécialisé dans l’étude du comportement animal, Jonathan Balcombe a souhaité produire un livre de synthèse sur l'évolution de nos connaissances en ichtyologie. L'auteur nous fait voyager sous l’océan, dans les fleuves et les lacs, à travers les parois de l’aquarium de laboratoire pour révéler les surprenantes aptitudes des poissons. Capacité mentale et existence sensible, vie sociale et familiale, coopération pour la chasse, facultés d’adaptation souvent remarquables : les poissons ne méritent certainement pas l'indifférence que nourrissent leur absence d'expression faciale et leur caractère muet.

"On a beaucoup d’idées préconçues au sujet des poissons. La principale source de préjugés à leur égard est leur incapacité à exprimer leurs sentiments. Je voulais rétablir la vérité avec ce livre, science à l’appui", expose Jonathan Balcombe.

L'auteur a également une démarche engagée : il souhaiterait la reconnaissance d'un statut juridique particulier à l'animal. Cette dimension plus militante peut susciter des réserves si la démonstration scientifique devient plaidoyer moral ou politique. Certains sujets sont par exemple encore débattus chez les chercheurs, comme la notion de souffrance (douleur consciente et non simple nociception). Toutefois les expériences narrées par Balcombe suggèrent fortement que le poisson est bel et bien capable de ressentir cette souffrance, comme au demeurant de chercher du plaisir.

Le livre de Jonathan Balcombe est un exposé très vivant et très convaincant sur les facultés de nos lointains cousins aquatiques, et sur l'intérêt que les humains ont à réfléchir dans leur rapport au monde animal. C'est également un essai rappelant la nécessité de mieux protéger les océans et les rivières.

Référence : Joanathan Balcombe (2018), A quoi rêvent les poissons? La vie secrète de nos cousins sous-marins, La Plage, 348 p.

Illustration : image par Bob Williams, domaine public.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire