vendredi 1 février 2013

Patrimoine: la forge d'Aisy-sur-Armançon

L’exploitation de la forge d’Aisy-sur-Armançon est mentionnée au XVIe siècle, la métallurgie en petit atelier étant plus ancienne encore dans la région (elle est attestée dès l’époque celtique puis romaine). Le minerai de fer, assez abondant en gisements de surface (Châtel-Gérard, Nuits, Etivey), permet l’exploitation en bas, puis en haut fourneau.

La forge est située au bord de l’Armançon, et quelques siècles plus tard au bord du canal de Bourgogne qui la longe. Dans les années 1760, le comte de Buffon étudie longuement les forges d’Aisy grâce à l’aide des maîtres des forges locaux, Rigolley et Humbert, et il y effectue des expériences sur le fer. Ces études l’aideront à concevoir son propre projet de grande forge, dans le village situé à quelques kilomètres d’Aisy qui porte son nom. Buffon évoque Aisy dans sa correspondance et son Histoire naturelle.

Le bâtiment actuel, en brique et moellon, date du XIXe siècle. Entre 1800 et 1845, la métallurgie bourguignonne connaît son apogée, avant un rapide déclin. Ses hauts fourneaux représentent alors 15% des équipements français. Mais lors de la concentration industrielle (associations et fusions menant notamment à l’émergence de la société anonyme du Chatillon-Commentry-Neuves-Maisons, ancêtre d’Usinor), les forges les moins productives sont abandonnées. Augusta Hure écrit en 1919 : «A Aisy, la forge, qui date de la seconde moitié du XVIe siècle, était vers 1848 en chômage complet; les deux hauts-fourneaux qui employaient les minerais d'Etivey et de Châtel-Gérard ont cessé leurs feux en 1850; ils donnaient de la fonte envoyée pour la plus grande partie à Ancy-le-Franc. Deux forges marchaient très peu et produisaient du gros fer seulement ; elles ont été éteintes définitivement en 1851. L'usine employait 30 ouvriers.» Cette usine sera employée ensuite à d’autres usages. Le bâtiment est aujourd’hui occupé en habitation privée.

On observe en rivière les aménagements hydrauliques autour de la forge (trois premières photos, cliquer pour agrandir).

Sources :
Association interuniversitaire de l’Est (1972), L'industrie, facteur de transformations politiques, économiques, sociales et culturelles, Actes du colloque de Metz, Paradis-Lunéville, 169.
CNRS, Oeuvres de Buffon en ligne .
Hure A (1919), Origine et formation du fer dans le Sénonais. Ses exploitations et ses fonderies dans l’Yonne, Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 33-106
Veyssière-Pomot (sans date), La grande forge de Buffon, publication Grande forge de Buffon Côte d’Or, 2

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire