samedi 6 septembre 2014

Vallée du Cousin, LIFE+ : échanges avec le Parc du Morvan

Nous avons reçu de Nicolas GALMICHE (Parc du Morvan) cette réponse à notre précédent article. Nous la publions volontiers, avec à sa suite notre réponse.

Pour faire suite à votre dernier article « Vallée du Cousin : la destruction des seuils de moulins coûte deux fois plus cher que leur aménagement écologique », je tenais à vous éclairer sur quelques points:

« Or, bien que l’étude de juin 2013 commandée à BIOTEC démontre que l’aménagement des seuils de moulin coûterait deux fois moins cher... le Parc semblerait préférer leur destruction. »

Le Parc n’a pas de préférence pour la suppression des seuils de moulin. Il s’est attaché à apporter son aide aux propriétaires d’ouvrages dans la Vallée du Cousin, en proposant des solutions écologiquement et sociologiquement acceptables. A ce titre, tous les propriétaires d’ouvrages concernés ont reçu une fiche individuelle avec des solutions permettant de rétablir la continuité écologique. Ensuite, avec les propriétaires volontaires, souhaitant donc poursuivre la démarche vers la phase travaux, un scénario d’aménagement a été choisi en concertation avec eux et validé par les services de l’Etat (DDT et ONEMA) et les financeurs. Le choix des scénarii s’appuie sur l’étude de BIOTEC et tient compte de l’existence légale de l’ouvrage, de son usage (économique) et de son état. Les intérêts patrimoniaux ont également été pris en compte dans les solutions techniques qui ont été imaginées par la suite : maintien du bief en eau, maintien du seuil ou d’une partie… Les solutions étudiées et imaginées, avec chaque propriétaire,  ne répondent pas au seul besoin réglementaire, mais ont une visée plus globale de restauration de cours d’eau et du patrimoine naturel de la Vallée du Cousin. 


« Il est reconnu que les seuils du Cousin Aval ont des hauteurs modestes et un impact proportionné. On est très loin des grands ouvrages hydrauliques et infranchissables ».

Oui, tout est relatif... Plus que le dimensionnement des ouvrages, ce sont leur accumulation et leur absence de gestion qui créent des impacts. La franchissabilité n’est pas le seul critère à prendre en compte. La modification des facies, générée par la retenue d’eau, est un critère prépondérant.

Concernant les impacts des grands barrages, ils sont autrement plus importants et plus « directs » sur la rivière. De la même façon, le PNRM intervient sur ces questions. Par exemple, par le financement de bassins de décantation à l’aval du barrage de St Agnan, via le contrat global Cure-Yonne, ou en participant au relèvement du débit réservé du lac de Crescent.

« Au vu de cette estimation, les décideurs devraient sans regret favoriser les solutions de franchissement piscicole et profiter des économies ainsi réalisées pour améliorer d’autres aspects de la morphologie et de l’écologie de la rivière. Par exemple pour aider les collectivités à lutter contre la pollution chimique du Cousin et de ses affluents. »

Pour les raisons citées précédemment, le Parc mène les actions qu’il juge efficaces, dans un budget raisonnable. Le critère coût n’est pas le seul facteur à prendre en compte. Le PNRM mène aussi tout un panel d’actions de restauration, à l’échelle des bassins-versants, avec différents acteurs socio-professionnels (Agriculteurs, forestiers, maires, riverains…). Il lutte entre autre contre les pollutions chimiques (Mesures agro-environnementales, plan de désherbage en ville…). Il entreprend également des actions de restauration hydromorphologique, sur le Cousin amont par exemple (Champeau-en-Morvan). Et il agit sur la continuité écologique « hors seuils de moulins »… Je vous encourage alors à visiter le site du Parc afin de vous informer sur l’ensemble des programmes d’actions liés à la restauration des cours d’eau du Morvan.

« Ils représentent par ailleurs un certain potentiel énergétique, à l’heure où le Ministère de l’Écologie a décidé d’appuyer sur l’accélérateur en ce domaine et de créer des  emplois verts ».

Concernant le potentiel hydroélectrique du Cousin, il ne s’agit pas de mettre en opposition sur un plan idéologique la micro-électricité et la biodiversité mais il faut relativiser le gain de la production d’énergie escompté par rapport au coût et à l’impact du maintien de l’artificialisation du cours d’eau. Etant donné ses faibles débits et les hauteurs de chute peu importantes, le potentiel hydro-électrique semble peu important. D’ailleurs, peut être pourrez-vous, à votre tour, m’apporter des éléments sur la rentabilité d’une nouvelle installation sur le Cousin aux regards de tous les critères évoqués (Installation, rénovation, entretien…) ? De plus, nous prévoyons l’équipement d’une passe à poissons sur le moulin Léger. Moulin qui, comme vous le savez, fait actuellement usage de l’hydroélectricité !


Concernant votre tableau de synthèse « Estimation des coûts travaux seuls en milliers d’Euros, BIOTEC 2013 », vos conclusions sont un peu hâtives et usent de nombreux raccourcis.

Tout d’abord, il est vrai que le dérasement ou l’arasement d’un ouvrage peut avoir un coût supérieur à l’installation d’une rampe en enrochement. Cela s’explique assez simplement par le fait que les mesures d’accompagnement de tels travaux (diversification du lit mineur exondé, recepage…) et les reprises de maçonnerie sont assez onéreuses, si les linéaires sont importants.  Ceci dit, de manière générale, je tiens à souligner que cela est moins vrai lorsque l’on parle de passe à poissons de type « à bassins successifs » (De mon expérience, environ 30 000 euros par mètre de chute).

Ensuite, pour revenir au cas du Cousin, ces coûts estimatifs ont évolué dans les différents projets avec les propriétaires. Sachez, par exemple, que le dispositif de franchissement au Moulin Cadoux est estimé à 153 000 euros et à 134 000 euros au Moulin de la Papeterie. Pour mémoire, sachez également, que le projet de contournement du Moulin Sapin a été estimé à 80 000 euros. Ce projet de contournement est effectivement moins cher et certainement plus efficace en termes de franchissement piscicole mais malheureusement tous les propriétaires ne disposent pas suffisamment de foncier pour un tel aménagement. A contrario, les travaux de dérasement partiel de la Rochette sont estimés à 74 000 euros, Michaud 63 000 euros, Ferme des nids 64 000 euros et Templier 62 000 euros. Le dérasement du Moulin de la côte Cadoux a coûté 6 000 euros. Donc, dans le cas du Cousin, les travaux de dérasement (partiel) ont un coût moins élevé que les dispositifs de franchissement ! 

Vous aurez donc compris qu’il est difficile de donner un coût moyen en fonction de la typologie de l’aménagement. Vous aurez compris également que les choix qui sont faits par le Parc et ses partenaires sont autrement plus complexes que ce que vous décrivez. C’est pourquoi, je vous demande donc de bien vouloir apporter les rectifications nécessaires à votre article afin de ne pas créer de la confusion pour vos lecteurs et ne pas attiser les tensions.

La réponse de l'association

Nous remercions M. GALMICHE et le Parc du Morvan de ces précisions. Nous nous félicitons évidement des actions générale du Parc en faveur de l'environnement mentionnées dans la réponse ci-dessus. Et pareillement quand il y accord entre le Parc et le maître d'ouvrage hydraulique sur un projet, avec un consentement éclairé par une information sincère sur les conditions de cet accord. Toutefois, sur le dossier précis du Programme LIFE+ Cousin Aval, nous apportons ci-dessous quelques précisions nécessaires. Et nous rappelons que si le territoire du Parc du Morvan recouvre un très beau patrimoine naturel, c'est aussi un patrimoine historique, culturel et paysager, ainsi qu'un tissu social qui doit préserver son avenir économique.

Destruction ou aménagement. Le Parc du Morvan dit ne pas avoir de préférence pour la destruction des ouvrages hydrauliques des moulins du Cousin. Nous nous en félicitons, mais pour juger des actes et non pas des paroles, nous manquons d'information à ce sujet. Soyons donc clair : sur les 24 sites concernés par le projet LIFE+ Cousin Aval, combien de fois le Parc a-t-il proposé / engagé une destruction (dérasement, arasement) et combien de fois un aménagement (passes à poissons, rivière de contournement) ? Par ailleurs, puisque le Parc se dit très ouvert, pourquoi refuse-t-il encore la construction de passes à poissons à certains propriétaires, alors qu'il dispose largement du budget pour cette solution?

Modification de faciès. Le Parc du Morvan souligne que la hauteur de chute n'est pas le seul critère pour juger des ouvrages, mais que l'on doit aussi envisager le changement de faciès dû à la retenue. Il va de soi qu'une rivière ouvragée par l'homme n'a pas le même type d'écoulement sur son linéaire qu'une rivière naturelle. Le Cousin est en l'occurrence modifié par les moulins depuis plusieurs siècles. La question est de donner une mesure objective, réelle, de la gravité de cet état de fait ; en particulier de la gravité relative du changement de dynamique par rapport aux autres causes d'altération des milieux, car les actions correctives doivent être proportionnées aux impacts. Comme nous l'avons montré dans nos travaux de relecture critique des travaux des bureaux d'études (voir ici et ici), il n'existe pas de démonstration convaincante à ce sujet. Le taux d'étagement du Cousin est relativement faible par rapport à d'autres rivières (21,6%, alors qu'à titre de comparaison, les bassins versants de Loire-Bretagne se donnent comme objectif de qualité DCE de ramener à 50% le taux d'étagement des cours d'eau, soit deux fois plus que le Cousin). Qu'il existe des zones d'écoulement lentique (retenues) en alternance à l'écoulement lotique (naturels) n'est certainement pas une catastrophe de nature justifier des arasements / dérasements le plus nombreux possibles : la diversité des écoulements est préservée, la majorité du linéaire reste non impactée dans sa morphologie et sa dynamique et la biodiversité totale est à tout prendre plus importante. De même, des réchauffements locaux peuvent rendre les retenues peu propices aux espèces thermosensibles au plus chaud de l'été, mais cela n'empêche évidement pas la rivière de disposer de nombreux habitats plus frais et donc plus favorables à ces espèces. Les bilans piscicoles faits par l'ONEMA sur le Cousin se gardent d'ailleurs de conclure que le recrutement faible de truites et espèces d'accompagnement est essentiellement dû aux moulins, de même que ces analyses montrent des recrutements salmonicoles normaux à élevés dans des zones non impactées de la rivière. A dire vrai, aucun modèle hydro-écologique ou hydro-biologique du Cousin n'a été conçu (malgré le financement assez large de l'Europe et de l'Agence de l'eau depuis plusieurs années), donc on n'est pas en mesure de procéder à des simulations scientifiquement robustes de la rivière en faisant varier tel ou tel paramètre. Pas plus qu'on est capable de simuler l'évolution historique de son peuplement piscicole. Dès lors, où sont les preuves réelles et les quantifications exactes de l'impact des moulins? Et si le Cousin en son profil actuel offre déjà des zones propices aux truites, au nom de quelle vision extrémiste faudrait-il que la totalité de la rivière, en chaque recoin de son linéaire, soit reprofilée à la seule fin d'optimiser la présence de cette espèce? 

Prise en compte du patrimoine. Dans certains cas que nous avons étudié, il n'y a aucune prise en compte réelle de l'intérêt historique, patrimonial et paysager des ouvrages. A notre grand regret puisque nous avions mentionné la bonne tenue des premiers travaux. On mentionne certes en quelques paragraphes l'histoire du site… mais on n'en déduit rien ! Or l'intérêt pour le patrimoine ne doit pas seulement se déclarer, il doit se manifester par des actions concrètes. Le meilleur moyen de montrer la prise en compte du patrimoine hydraulique, ce serait donc d'aider à le restaurer dans le respect des milieux. Donc à faire preuve d'une gestion durable, équilibrée et raisonnée de la rivière, où un seul facteur ("renaturation" environnementale) n'engage pas le sacrifice de tous les autres (énergie, patrimoine, paysage, tourisme, etc.). Vouloir transformer l'écologie en force de destruction du patrimoine, c'est le meilleur moyen d'en détourner les citoyens, alors que les rivières sont bel et bien des enjeux environnementaux de premier plan ! Rappelons que jusque dans les années 1980 et 1990, il était courant que les établissement publics en charge des rivières et bassins versants aident les propriétaires à construire des vannages fonctionnels, des ouvrages de franchissement, des berges consolidées ou reboisées, etc. Il n'y a donc aucune fatalité au divorce écologie-patrimoine observé depuis la loi sur l'eau de 2006 et l'on ne doit pas rayer 5 siècles d'histoire au prétexte d'une mode passagère dont le principal motif est le retard français sur les vraies causes de dégradation des rivières.

Estimation coût et coût réel. Dans notre article, nous nous basons sur les seuls documents publics disponibles, en l'occurrence la stratégie BIOTEC 2013. Si cette estimation a été faite l'an passé, c'est bien pour guider le décideur. Nous souhaitons évidement que le Parc publie dans les meilleurs délais les coûts réels des travaux, puisqu'il s'agit d'argent public. Concernant ces coûts, nous attirons l'attention sur la nécessité de les décomposer précisément. Par exemple, deux bureaux d'études ont déjà été sollicité (BOTEC et SIALIS) pour le programme LIFE+ Cousin Aval et certains propriétaires bénéficiant de passes à poissons ont même eu la surprise de voir arriver sur leur bief un troisième bureau d'études… dont les plans sont de surcroît différents des projets proposés par l'un des deux premiers ! Donc évidement, s'il n'y a pas efficience dans l'organisation de la dépense et si l'on multiplie les prestataires, on pourra toujours conclure que telle ou telle solution est coûteuse. Nous aurons l'occasion d'échanger à ce sujet avec la presse sur un cas précis, afin de donner les bonnes informations aux riverains. Le Parc mentionne par ailleurs le cas du Petit Cadoux comme exemple un coût faible. Mais la plupart des observateurs et riverains se demandent pourquoi on a dépensé le moindre centime à faire venir des engins en rivière, alors que ce seuil très modeste et déjà presque effacé avait un impact à peu près nul. Toujours dans le registre des coûts, signalons que tout projet de restauration écologique devrait faire l'objet d'une analyse coût-avantage claire, permettant de quantifier les bénéfices écologiques réels selon différentes hypothèses de dépense. A notre connaissance, il n'y a aucune garantie du retour de la truite et de la moule perlière au terme des aménagements du Cousin. Dans une situation où l'argent public est rare, nous sommes en droit de questionner la rationalité des dépenses et leur priorité réelle pour l'environnement.

Potentiel énergétique. Celui-ci n'a fait l'objet d'aucune estimation par le Parc et ses prestataires, et donc d'aucune information des propriétaires et du public. Nous trouvons pour le moins étonnant que la Parc du Morvan emploie le mot "idéologie" quand, justement, son absence d'analyse montre à tout prendre un certain a priori idéologique ou doctrinal : celui d'un désintérêt manifeste pour l'hydraulique comme énergie renouvelable. C'est bien dommage car cette énergie hydraulique a le meilleur bilan carbone / environnemental à plus bas coût, un atout non négligeable à l'heure où le réchauffement climatique est considéré comme menace de premier ordre sur l'avenir de la biodiversité (y compris en rivière, cf. l'avis prudent et raisonnable du Conseil scientifique du bassin de Seine-Normandie). Par ailleurs, affirmer que la plupart des propriétaires n'ont pas de projet énergétique est doublement discutable : d'une part, tout est fait pour ne pas les informer ou les décourager de ces projets (voir plus loin à propos de la DDT) ; d'autre part, si un propriétaire n'a pas de projet énergétique aujourd'hui, un héritier ou un futur acquéreur en aura peut-être demain. Toute personne connaissant l'histoire pluriséculaire des moulins sait que ceux-ci sont parfois restés au chômage pendant des années, voire des décennies, mais qu'ils finissaient le plus souvent par retrouver un usage conforme à leur destination (produire un travail grâce à la force de l'eau). Une fois détruit en revanche, le moulin disparaît et avec lui son potentiel… Sur cette question énergétique, nous publierons prochainement une première analyse d'ordre de grandeur et nous avons exprimé au SIVU du Cousin notre souhait que cette dimension soit désormais systématiquement analysée.

"Créer de la confusion", "attiser les tensions". En démocratie, il est normal de débattre et il est sain que tout le monde ne soit pas du même avis. La confusion et la tension viennent de l'absence de transparence dans l'action, alors qu'un budget de 3 millions d'euros d'argent public s'apprête à modifier le visage séculaire d'une vallée. Elles viennent du fait que concrètement, la restauration de continuité écologique consistera à envoyer des pelleteuses en rivières pour détruire des sites, sans que ce choix quelque peu violent ait été formulé avec clarté et sans que les riverains, qui ont aussi leur mot à dire, ne soient saisis de la question et ne puissent exprimer leurs choix. Elles viennent encore du fait que les propriétaires n'ont pas été complètement informés sur la valeur foncière de leur droit d'eau, dont la disparition est présentée comme anecdotique (alors qu'un moulin sans droit d'eau devient juste une maison en zone inondable).  Ajoutons à cela ce qui ne se dit pas, mais se pratique hélas : par exemple la DDT 89 qui menace de casser certains droits d'eau des moulins du Cousin, cela à seule fin de pousser les propriétaires à accepter la disparition de leur bien. Tant que les parties prenantes du dossier adopteront ces positions agressives ou opaques, tant qu'un vrai débat démocratique ne sera pas engagé, les amoureux du patrimoine, de l'énergie et de l'environnement hydrauliques seront contraints de se défendre par tous les moyens dont ils disposent.  

Pour conclure, nous prenons M. GALMICHE et le Parc du Morvan au mot : si aucun propriétaire ne souhaitant de passe à poissons n'est rebuté dans sa demande, et si le Parc inclut désormais le patrimoine et l'énergie dans sa communication sur la Vallée du Cousin (comme sur les autres rivières du Morvan), notre association figurera parmi les plus fervents promoteurs de sa démarche. Nous voulons construire ensemble, et non pas diviser : les moulins sont prêts à se mobiliser pour la qualité de l'eau si l'on cesse les menaces de destruction et le harcèlement administratif. Nous aurons l'occasion de mesurer les intentions réelles des uns et des autres dans une réunion de concertation, le 29 septembre prochain. D'ici là, nous exposerons à la presse et sur le web les évolutions du dossier.

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Vous aurez compris que les projets de travaux, c’est l’écologie dogmatique au mépris de l’environnement. Pour preuve, il suffirait de subventionner les vannages à 100% mais cette option est refusée par les tenants du « transit sédimentaire ». C’est antinomique.
    Nous avons compris que les usiniers sont des proies faciles qui n’adhèrent pas à la FNSEA.
    Tournant en dérision le faible potentiel hydro électrique des moulins, le PNR n’a pas l’esprit « colibri ». Or, en termes d’écologie, tous les efforts se cumulent. Nier l’intérêt d’un moulin qui produirait 15kW et déplorer le nucléaire est paradoxal.
    Depuis les romains (1) chaque fois que l’homme a engagé des travaux, il y a eu impact sur la nature. Les prétendues mesures correctives de la continuité écologique, d’une part ne produisent pas les effets escomptés eu égard aux milliards engloutis, méconnaissent les autres enjeux actuels de la présence d’un moulin, pire oublient de considérer les prospectives en termes d’aménagement rural et de redynamisation du territoire.
    Mettre en exergue des coûts de dérasement moins onéreux que les aménagements est un truisme ! C’est aussi une imposture intellectuelle, c’est très accessoirement de l’argent public gaspillé (1) augmentant le dérapage des déficits publics mais cela n’aura surtout aucun impact significatif sur le « bon état 2060 ». (historique : objectif 2015 = posthume ; 2012 = personne n’y croit ; 2027 = on reconstruira avec subventions ; 2060 = les seuils retomberont dans l’anonymat, il y aura d’autres urgences)
    Philippe
    (1) Au titre de la loi sur l’eau, essayez de déposer un dossier de demande d’autorisation de travaux à la DDT pour construire le pont du Gard… en 2014, il n’a plus de fonction : on dérase ? on arase ?
    (2) Additionner des factures à 6 chiffres sans pudeur en faisant fi de la valeur vénale du bien « aménagé » constitue à ce titre une charge financière exorbitante injustifiable.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    C’est gentillet les blogs avec les commentaires. Le vôtre est excellent. C’est bien. Tous les blogs sont des soupapes pour réduire la pression réelle de celui qui livre ses commentaires… C’est la démocratie participative. Ce commentaire du 19 septembre est intéressant…mais Galmiche ne lira jamais. Pire : s’il le lisait…il n’en tiendrait pas compte. On lui a expliqué ce qui était « bon pour l’écologie ». Il a surtout un budget à boucler. Un chasseur de subventions ?….

    RépondreSupprimer