dimanche 19 juillet 2015

Sécheresses et conditions climatiques extrêmes: les risques sont-ils correctement pris en compte dans la gestion des rivières?

Le récent désastre écologique de Vanvey pose une question de fond : face à des conditions climatiques appelées à changer, notamment la fréquence, l'intensité ou la durée des phénomène extrêmes comme les sécheresses, les politiques publiques de l'eau ont-elles pris tous les risques en considération? Cette question se pose en particulier pour l'avenir des seuils, digues et barrages, puisque l'Etat français et les Agences de l'eau soutiennent activement une politique de destruction systématique de ces ouvrages, donc de changement massif et planifié des conditions hydrologiques des bassins versants.

Même avant l'enjeu contemporain du réchauffement climatique, la question se posait. Nous avions à titre d'exemple publié l'étonnant rapport de l'ingénieur Louis Suquet, qui proposait de pallier les fréquentes pertes estivales de la Seine amont par un réseau hydraulique fondé sur les biefs et canaux. Et aujourd'hui, cette question ne se pose pas qu'en France. La Californie subit depuis quelques années une sécheresse important, l'année 2014 ayant été la moins arrosée en 165 ans de relevés instrumentaux et l'année 2015 ayant vu d'importantes restrictions. Certains remettent en question la politique d'effacement des barrages (ou d'interdiction de leur construction), qui a démarré plus tôt aux Etats-Unis qu'en Europe, du fait du Clean Water Act (1972) et de l'Endangered Species Act (1973).

Sur ce sujet, Sarah E Null et ses collègues ont publié en 2014 une intéressante étude montrant que l'évaluation des aménagements hydrauliques doit faire l'objet d'une analyse d'optimisation approfondie, avec plus de sélectivité dans les choix d'aménagement. L'étude, concernant la Central Valley californienne, souligne que la capacité des grands barrages a certes un effet positif sur les usages, mais reste faible par rapport aux pénuries d'eau attendues du fait du changement climatique. Ce n'est donc pas une solution miracle, mais un élément parmi d'autres d'une gestion nettement plus attentive de la ressource.

L'intérêt du travail de Null et al 2014 – qui n'est pas extrapolable dans ses conclusions à d'autres conditions hydrologiques, climatiques et géologiques que celles de la Californie centrale – est surtout de montrer que seule une analyse par bassin hydrographique permet de prendre en considération les scénarios d'évolution hydroclimatique et économique, donc de faire les choix les plus avisés. Il est aussi de rappeler que tous les usages de l'eau présents et à venir doivent être intégrés dès lors que l'on prétend faire des analyses coût-bénéfice.

Or, c'est là que le bât blesse en Europe, et singulièrement en France. La place des retenues d'eau de toute dimension (des seuils aux barrages) n'a été généralement analysée qu'à travers le prisme de la continuité écologique, sur la base d'une connaissance scientifique encore en construction. Le classement des rivières de 2012-2013 (impliquant l'aménagement ou l'effacement des ouvrages) a été aussi massif que précipité, alors que l'on ne disposait absolument pas du premier retour d'expérience sur les 1200 ouvrages classés prioritaires dans le Plan d'action et de restauration de la continuité écologique de 2009 (PARCE). Si chaque opération d'aménagement fait théoriquement l'objet d'une analyse d'impact, il n'existe pas à ce jour de modélisation à échelle des bassins versants. Chaque décision est prise sur un site, au mieux au tronçon, sans étude de la dynamique à plus grande échelle. Et bien sûr, comme il n'y a pas de modélisation hydrologique, il y a encore moins de couplage avec des modélisations biologiques, climatiques, énergétiques ou économiques.

Les politiques françaises de l'eau doivent impérativement faire un bond qualitatif en terme de rigueur scientifique, s'ouvrir à la prospective à long terme et, dans le cas particulier de la continuité écologique, sortir de l'état d'urgence factice imposant des décisions bien trop hâtives.

Référence : Null SE et al (2014), Optimizing the dammed: Water supply losses and fish habitat gains from dam removal in California, Journal of Environmental Management, 136, 121-131

A lire également : OCE (2013), La continuité écologique au risque des crues, inondations et étiages. Pour une évaluation systématique du risque lié à la modification des obstacles à l'écoulement (seuils, barrages, digues...)

Illustration : rivière asséchée en California, NOAA.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire