06/11/2019

Désinformation du SAGE de la Tille sur le potentiel hydro-électrique du bassin versant

Les schémas d'aménagement et de gestion de l'eau (SAGE) doivent intégrer une estimation du potentiel hydro-électrique du bassin versant. Les rédacteurs du SAGE de la Tille, aujourd'hui en enquête publique, ont volontairement exclu toutes les puissances de moins de 100 kW dans cet exercice. C'est un mépris de la recherche européenne ayant montré que 90% des sites de moulins et usines hydrauliques équipables se situent dans cet horizon de puissance. C'est un mépris de la nouvelle loi nationale "climat et énergie" qui encourage la "petite hydro-électricité". C'est un mépris du conseil d'Etat ayant posé que la modestie de la puissance d'un moulin ne pouvait pas être un argument contre l'intérêt de son équipement. Il faut cesser de désinformer le public et de retarder l'engagement de la France dans la politique bas-carbone dont tout le monde souligne désormais l'urgence. L'abandon de la production des usines hydrauliques a été une parenthèse uniquement liée à l'abondance fossile du 20e siècle: cette parenthèse se renferme, les ouvrages doivent retrouver leur vocation énergétique séculaire. 



Le SAGE (schéma d'aménagement de gestion de l'eau) de la Tille est soumis à enquête publique du 14 octobre au 18 novembre 2019 (site de la préfecture).

L’article R 212-36 code de l’environnement prévoit que l’état des lieux des SAGE comprend une évaluation du potentiel hydroélectrique par zone géographique.

Les rédacteurs du projet de SAGE de la Tille ont procédé à cet exercice de manière particulièrement critiquable (voir document PAGD partie 1, pages 39 et suivantes).

Le tableau de la page 40 donne la puissance équipée en 2011, alors que le texte reconnaît que d'autres ouvrages produisent, comme à Champdôtre (52 kW depuis 2015, image ci-dessus) ou Beire-le-Châtel (142 kW depuis 2017). Aucun effort n'a manifestement été fait pour analyser la situation réelle ni pour contacter des associations impliquées sur le sujet (Adera, Hydrauxois) ou des établissements publics ayant soutenu des relances (Ademe) et continuant de le faire.

Le projet de SAGE étudie "le potentiel d’installations nouvelles sur des ouvrages existants" et précise:
"seuls des aménagements potentiels de plus de 100 kW ont été considérés".
Cette position relève de la désinformation : une étude de chercheurs européens a montré que 90% du potentiel hydro-électrique français de relance des sites existants se placent sur des puissances à moins de 100 kW (voir les travaux de Punys et al 2019). L'intérêt des moulins n'est jamais dans leur puissance unitaire, mais toujours dans leur nombre (et dans le fait qu'ils sont déjà présents sans créer de nouveaux impacts). Evacuer le nombre, la puissance cumulée, l'équivalent consommation pour les habitants du bassin, c'est donc taire l'information essentielle.

Les nombreux sites du bassin de la Tille (plus de 80 ouvrages présents sur l'ensemble Tille, Ignon, Venelle, Norges, Crône, Arnisson selon l'évaluation environnemental du SAGE) se situent ainsi pour la plupart dans cette gamme de puissance des moins de 100 kW. Mais 1 kW de puissance hydraulique peut faire l'électricité hors-chauffage d'un foyer pratiquant des économies d'énergie, donc un moulin modeste de 50 kW peut représenter 50 foyers. Dans des villages peu peuplés, c'est déjà une part du chemin vers les territoires zéro carbone.

Les rédacteurs du SAGE choisissent donc une soi-disant "méthodologie" qui consiste à exclure l'essentiel du potentiel énergétique des rivières : qu'est-ce qui leur permet de propager de tels biais, de donner de si mauvaises informations au public et aux décideurs?

Nous pourrions croire à la simple ignorance, mais le texte se poursuit par des approches purement négatives, témoignant en fait de la répugnance manifeste à analyser cette source d'énergie. Ainsi :
"Le schéma régional Climat, Air, Energie de Bourgogne ne compte d’ailleurs que très peu sur l’hydroélectricité pour atteindre son objectif de 23 % d’énergie renouvelable dans le mix énergétique"
On appréciera le parti-pris : le schéma cité soutient bel et bien l'énergie hydraulique, mais on se permet de dire que c'est "très peu". Le SRCAE a prévu une augmentation de l'hydro-électricité dans la région, et c'est bien cela qui compte. Les objectifs du schéma sont les suivants pour les petites puissances: "micro-hydraulique : 2,5 MW supplémentaires installés en 2020, 5 GWh produits en 2020".

Vient ensuite la ritournelle de la comparaison à l'éolien :
"A titre de comparaison, le parc éolien du Pays de Saint-Seine, situé à une vingtaine de kilomètres au nord ouest de Dijon est constitué de 25 éoliennes de 2MW chacune. 4 à 5 de ces éoliennes disposent donc à elles seules d’une puissance équivalente au potentiel brut technique de tout le bassin versant". 
Qu'est-ce que des considérations sur l'éolien viennent faire dans un document sur l'eau? Qui prétend encore que le besoin de remplacement de l'énergie fossile (plus de 70% de l'énergie finale consommée en France, pour rappel) pourra être assuré par une seule source renouvelable (ou autre)? A quoi riment des comptes d'apothicaires où l'on refuse de considérer une source d'énergie car la voisine serait plus abondante? Faut-il interdire un panneau solaire, un méthaniseur, une pompe à chaleur sous prétexte que c'est moins qu'une éolienne? Est-ce que cette mentalité consistant à dire "pas chez moi" et "le voisin le fera bien" représente ce que l'on attend d'un texte public sur l'enjeu eau-énergie pour demain?

Par ailleurs, la loi française "énergie et climat" vient à l'automne 2019 de poser expressément "l'état d'urgence écologique et climatique" tout en décidant que la politique de la France soutient "la petite hydro-électricité". Six mois plus tôt, dans l'arrêt "moulin du Boeuf" 2019, le Conseil d'Etat a censuré la position de l'administration qui considérait "que la contribution de la «petite hydroélectricité» au développement des énergies renouvelables serait par nature insignifiante et que l’objectif de valorisation économique de l’eau ne serait pertinente que pour de gros projets, ce qui n’est pas l’objectif défini par le législateur".

Plusieurs projets de relance hydro-électrique sont à l'étude sur le bassin versant de la Tille. Ces projets auront besoin du soutien public et de l'encouragement citoyen, pas de l'ignorance et de l'indifférence (voire de l'hostilité de certains lobbies et de l'entrave de certaines administrations).

Les scientifiques et les politiques le disent tous: la France comme le reste du monde est en état d'urgence climatique, nous devons nous mobiliser pour supprimer notre dépendance au fossile et pour éviter un réchauffement dangereux pour la société comme pour le vivant. Nous ne pouvons plus fuir cette responsabilité, ni nous dire que d'autres le feront à notre place. La vocation des ouvrages hydrauliques est de recevoir un équipement énergétique en autoconsommation ou en injection réseau, en particulier les ouvrages de moulins, forges et autres usines à eau qui ont été conçus à cette fin dans le passé. Le seul motif d'abandon de la production sur ces sites a été l'abondance fossile du siècle passé. Mais ce temps est révolu et l'énergie des rivières doit de nouveau être mobilisée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire