lundi 30 avril 2018

L'hydro-électricité très chère parmi les renouvelables? Ce n'est pas l'avis de la Cour des Comptes

Le lobby français des casseurs d'ouvrages hydrauliques prétend régulièrement que l'hydro-électricité serait une source d'énergie "désuète" et surtout "coûteuse". On a encore entendu récemment cet argument chez les pêcheurs de l'Huisne. En réalité, l'hydro-électricité reste la première des sources électriques renouvelables, en France comme dans le monde. La Cour des comptes vient de publier un rapport sur le soutien au secteur de l'énergie en France. La haute juridiction financière pointe le coût excessif à ses yeux de l'éolien et du solaire, dont les contrats déjà signés (avant 2011) représenteront d'ici 2030 un coût cumulé de 78 milliards d'euros, pour 2,7% de la production électrique. Les tableaux de synthèse font apparaître que la petite hydro-électricité n'est pas la plus coûteuse des sources d'énergie renouvelables, d'autant que ces prix estimés n'intègrent pas la prise en charge de l'intermittence. On a fait beaucoup de mal à la transition bas-carbone en laissant penser au public qu'elle serait accessible à faible investissement et prix inférieur au fossile, ce qui produit des déceptions et des démotivations devant la réalité. Evitons donc ces illusions et, surtout, évitons l'absurdité de détruire un potentiel hydraulique déjà en place et capable de produire, comme par exemple sur la Sélune



Extrait de la synthèse de la Cour des Comptes

"Le déploiement des énergies renouvelables observé au cours de la dernière décennie est significatif : leur volume dans le mix français a progressivement augmenté, passant de 9,2 % dans la consommation finale d’énergie en 2005 à 15,7 % fin 2016. Toutefois, malgré les efforts entrepris, la Cour constate, comme en 2013, un décalage persistant au regard des objectifs affichés. Elle note également que, faute d’avoir établi une stratégie claire et des dispositifs de soutien stables et cohérents, le tissu industriel français a peu profité du développement des EnR.

Ce bilan industriel décevant doit être mis en regard des moyens considérables qui sont consacrés au développement des énergies renouvelables, en particulier aux EnR électriques.

La politique de soutien aux EnR s’articule principalement autour de deux leviers, celui des subventions et des avantages fiscaux, et celui de la taxation des énergies fossiles. Les EnR électriques bénéficient de subventions d’exploitation au travers d’obligations d’achat et de mécanismes de compensation, les EnR thermiques bénéficient de subventions d’investissement par le biais du fonds chaleur et les dispositifs fiscaux, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) notamment, bénéficient aux particuliers pour l’achat d’équipements destinés à utiliser des EnR pour la production de chaleur ou de froid. (…)

En France, la somme des dépenses publiques de soutien aux EnR est estimée pour 2016 à 5,3 Md€. Cette mobilisation financière va connaître une progression forte : si la France réalise la trajectoire qu’elle s’est fixée, les dépenses relatives aux EnR électriques pourraient ainsi atteindre 7,5 Md€ en 2023.Les EnR électriques bénéficient de l’essentiel de ces dépenses publiques avec, en 2016, 4,4 Md€ contre 567 M€ pour les EnR thermiques.

Les soutiens octroyés par l’État se sont aussi avérés disproportionnés par rapport à la contribution de certaines filières aux objectifs de développement des EnR : pour le photovoltaïque par exemple, les garanties accordées avant 2011 représenteront 2 Md€ par an jusqu’en 2030 (soit 38,4 Md€ en cumulé) pour un volume de production équivalent à 0,7 % du mix électrique.

Malgré des ajustements positifs intervenus dans l’architecture des dispositifs de soutien, cette disproportion entre charges financières et volumes de production est amenée à se poursuivre dans certaines filières. Ainsi, la pleine réalisation des appels d’offres de 2011 et 2013 sur l’éolien offshore coûterait aux finances publiques 2 Md€ par an pendant 20 ans (soit 40,7 Md€ en cumulé) pour un volume équivalent à 2 % de la production électrique."

Tableau de synthèse sur le prix des énergies renouvelables


On constate que le prix moyen de la petite hydro-électricité reste inférieur aux petites installations solaires, comme à l'éolien en mer.

Tableau des dépenses R&D des plans investissements d'avenir

On constate que l'hydraulique a été le poste le moins bien pourvu en recherche.

Conclusion : l'hydro-électricité n'est pas particulièrement coûteuse dans le mix électrique français, d'autant que ces estimations n'intègrent pas tous les sites qui autoproduisent leur consommation sans rien coûter au contribuable. Si la France doit réellement réduire de moitié la part du nucléaire dans son mix électrique, comme l'ont voté les parlementaires, il est douteux que l'on puisse se permettre d'écarter des sources d'énergie. L'hydro-électricité pourrait avoir des tarifs de rachat inférieurs si la remise en service des moulins et usines bénéficiait d'un traitement simplifié, au lieu des exigences souvent disproportionnées accompagnant les instructions administratives. Quant à l'objectif de certains "aménageurs" de rivière - faire venir des pelleteuses pour détruire des ouvrages hydrauliques qui seraient capables de produire localement -, il a peu de chances d'améliorer le bilan carbone de notre pays. Au demeurant, l'estimation carbone de cette politique de continuité dite "écologique" n'a jamais été réalisée. Ce qui ne surprend pas au vu de sa conception hors-sol par une bureaucratie halieutique isolée...

Référence : Cour des Comptes (2018), Le soutien aux énergies renouvelables.
Communication à la commission des finances du Sénat, 117 p.

Participez à la consultation sur la programmation pluri-annuelle de l'énergie (PPE)
La France décidera à la fin de l'année 2018 de sa planification énergétique. Le public peut s'exprimer, soit en répondant au questionnaire, soit en déposant un avis sur le forum.  Nous invitons nos lecteurs à le faire, ainsi que toutes les associations qui promeuvent la restauration et la relance énergétique du patrimoine hydraulique.

2 commentaires:

  1. L'erreur habituelle consiste à opposer les énergies au seul regard du prix. Cela permet aux détracteurs des EnR de s'en servir contre l'ensemble des filières.
    Il est donc important de rappeler certains points.
    Le soutien au photovoltaïque devait permettre d'appeler l'investissement privé massif et l'émergence d'une filière amont. Cette dernière a été cassée intégralement par le moratoire de 2010, faisant ainsi perdre tout l'argent public au profit des chinois (source commerce extérieur 2009, 2010, 2011).
    En revanche la courbe d'apprentissage industrielle a permis de passer sous le prix de vente du kWh 1 an et demi avant les prévisions initiales. A noter qu'aux États Unis (Oregon) une centrale de 400 MWc permet l'injection sur le réseau à 45$ du MWh...

    Notre cause commune devrait être la disparition à terme des fossiles.

    Dans votre cas, sauf à prétendre conserver le gaz, le réseau ne sera jamais à l'équilibre sans les retenues d'eau.
    De plus, l'énergie en base produite par les centrales nucleaires nécessite une forme de stockage comme les STEP et la meilleure inter-connexion possible au réseau européen, ainsi que les lissages permis par l'hydrau-électricité.
    Stratégiquement EDF n'a pas besoin de 30MW elec en local car le périmètre d'équilibre concerne la THT à ce niveau de puissance.
    Pour EDF et l'admistration centrale il vaudrait mieux être à 100MW et/ou avoir l'appoint d'un STEP. Les micro et pico stations restent utiles sur la BT, voir la HT.
    Vous n'êtes donc pas dans le plan stratégique d'Enedis-ErDF, RTE et juste bons au sacrifice.
    En matière énergétique seuls les X-mines, souvent anciens administrateurs d'ErDF pilotent la DGEC et le MINEFI. Autant dire que vous êtes morts comme le sont les autres filières.
    L'éolien Offshore, l'hydrolien ne sont tolérés que pour prouver que le nucléaire est bon marché.
    Bien à vous
    Soso

    RépondreSupprimer
  2. Ah oui aussi. Demandez vous ce que coûte en cumulé la filière nucléaire aux contribuables (et non aux consommateurs).
    Achat d'électricité en pointe au dessus du prix de vente.
    Recherche initiale.
    Recherche ITER.
    Démantèlement des centrales (elles n'appartiennent pas à EDF).
    Stockage des déchets.

    Toute nouvelle filière nécessite une phase d'investissement.

    Plus la phase de développement est lente et moins le modèle courant est en danger.

    Regardez d'où sortent et comment se financent les associations anti-EnR.

    Soso

    RépondreSupprimer