samedi 15 août 2015

Yonne à l'amont de Pannecière: un effacement de seuil pollue la rivière

Nous publions ci-dessous le communiqué intégral de l'AAPPMA La Truite morvandelle à propos de la pollution de la rivière Yonne survenue au début du mois d'août, dans le cadre des opération de préparation d'un effacement total de seuil à l'amont du barrage (infranchissable) de Pannecière. Cette dégradation du milieu aquatique rappelle que les destructions de seuils ne sont pas des opérations anodines quant à la remobilisation des sédiments.  


Inquiétude du monde de la pêche au sujet de l’Yonne à l’aval du réservoir de Pierre Glissotte. Les opérations de vidange en vue de l’effacement total de cet ouvrage, qui posait problème à la continuité écologique sur cette portion de rivière, se sont effectuées dans la dernière quinzaine de juillet. 

L’AAPPMA La Truite Morvandelle avait été sollicitée pour prêter main forte au sauvetage des poissons présents dans la retenue ; ceux-ci n’étaient pas très nombreux, quelques truites, vairons, goujons et autres lamproies de planer ont été remis dans l’Yonne à l’amont, tandis que les quelques carpes , tanches et chevesnes ont été transférés  en 2° catégorie, les écrevisses signal ont bien entendu été détruites.

Ces opérations ce sont bien déroulées jusqu’à ce qu’un petit orage vienne grossir un des ruisseaux affluent qui descend de Château-Chinon, ce qui a eu pour effet d’obstruer  les grilles du barrage.

Lors de l’opération de dégrillage pour permettre l’écoulement de l’eau, des parties de la digue ont cédé, ce qui a eu pour effet l’évacuation de boues vers l’aval. Boues qui auraient dû être évacuées ou stabilisées dans un schéma de vidange normal et n’auraient pas du se retrouver dans la rivière. 


Depuis,  l’eau de l’Yonne qui  s’écoule est de couleur gris noir et le fond est recouvert de sédiments boueux et ce jusqu’à l’entrée dans le lac de Pannecière. Il n’aurait pas été constaté de mortalité de poissons… mais on peut supposer que la micro faune qui vit, dans et sur le substrat est fortement impactée, et ce sur plusieurs années.

La Fédération de Pêche de la Nièvre, l’AAPPMA La Truite Morvandelle et la Sté de pêche de Corancy ont fait part de leur inquiétude auprès de l’ Office National de l’Eau et Milieux Aquatiques ainsi que de la Direction des Territoires qui suivent le dossier.

Illustration : © JB Dioux, source Esoxiste

8 commentaires:

  1. travaux effectués par un futur producteur hydroélectrique pour remettre en service un site!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ anonyme : donnez des infos précises et nous les publierons en précision en bas de l'article. Merci

      Supprimer
    2. "travaux effectués par un futur producteur hydroélectrique" : on peut en savoir plus? Quel producteur ? Qui est maître d'ouvrage, et maître d'oeuvre du chantier? Qui a lancé cette opération d'effacement ayant mal tourné?

      Supprimer
  2. Ah les effacements remobilisent les sediments?! Je croyais d'après vous que les seuils n'ont aucun impact sédimentaire...

    RépondreSupprimer
  3. L'impact des seuils est modeste ("aucun impact", je doute un peu que cela soit écrit) mais par définition, ils accumulent des sédiments. Il suffit d'appliquer les formules de transport, et de comparer avec le volume stockable dans le remous.

    Toujours pas d'info précise sur le "futur producteur hydro-électrique" ?

    RépondreSupprimer
  4. Demandez en mairie, il doivent connaitre les propriétaires. Ou sinon, il suffit de vous adresser à l'ADEME qui a du instruire la demande pour cette opération/projet de remise en service. Vous avez des contacts avec eux je suppose.

    RépondreSupprimer
  5. Voilà le communiqué de la Pref' :
    - c'est un barrage qui sert à la production hydroélectrique
    - l'accident est survenu dans le chantier de mise aux normes de la continuité écologique
    http://www.nievre.gouv.fr/incident-intervenu-lors-de-la-vidange-du-barrage-a1698.html

    RépondreSupprimer
  6. Comme quoi on ne peut pas faire confiance à un communiqué de pêcheur pour la précision des faits.

    Sinon vous avez bien dit "continuité écologique" ? Et c'est bien à l'amont du grand barrage de Panneciière que pas une espèce peut franchir ? Super utile l'aménagement-écologique-qui-pollue.

    RépondreSupprimer