dimanche 11 mars 2018

En Ardèche, les riverains de la Beaume refusent la destruction du paysage de la rivière aménagée

Un peu partout en Ardèche, le paysage des rivières très anciennement aménagées par l'homme est menacé par une continuité écologique tentant de promouvoir la destruction des sites et la vidange forcée des retenues. Sur la Beaume à Joyeuse et Rosières, les habitants constatent les effets néfastes de cette politique : assèchement de la rivière lors de la phase d’étiage estival, baisse du niveau de la nappe phréatique d’accompagnement, érosion des berges dans le tronçon amont, dépérissement d’arbres liés à l’abaissement de la nappe, colonisation de l’ambroisie comme espèce quasi exclusive sur le tronçon asséché, disparition des populations de castors et de chauve-souris qui y trouvaient refuge. Dans un courrier reproduit ci-dessous, ils appellent les élus locaux et nationaux à sortir de cette politique dogmatique et contraire à l'intérêt général.


Télécharger la présentation du site accompagnant ce courrier

Rendez-nous notre rivière!
Collectif des habitants des communes de Joyeuse et Rosières.

Le 7 novembre 2016, nous avions attiré votre attention et celle de vos prédécesseurs sur la situation des villages de Rosières et de Joyeuse en Ardèche,  qui sont opposés à la destruction d’une digue sur la rivière La Beaume, historique (16ème siècle), conséquence d’une règlementation d’origine européenne datant de 2006, prônant la restauration de la continuité écologique des rivières, et pour ce qui nous concerne permettre à l’apron du Rhône de remonter la rivière, sur un maximum possible de 2 km.

Cette digue construite par nos anciens pour des raisons autant d’irrigation que de maitrise de la rivière dont les crues sont dévastatrices, fait partie du patrimoine historique, géologique et paysager de nos deux communes depuis des siècles, et sont un atout touristique important, nos villages accueillant chaque année des milliers de touristes français et étrangers.

Le projet initié par le Syndicat de Rivières Beaume Drobie, désormais intégré au syndicat du bassin versant de l’Ardèche, prévoyait une passe à poisson, d’une longueur de 120 m, en béton, qui aurait détruit irrémédiablement un site magnifique auquel la population est très attachée et aurait couté plus de 200 000 euros en intégrant les études déjà réalisées.

La solution proposée ne pouvant être acceptée en l’état, le Conseil Municipal a proposé une solution d’ouverture permanente de deux exutoires de la digue, qui s’est vite révélée dangereuse pour celle coté Rosières en raison d’un tourbillon et qui a du être refermée rapidement, celle coté Joyeuse étant ouverte depuis juin 2016. Les services de l’Etat ont accepté cette solution à titre d’expérimentation, mais restent officiellement prêts à autoriser la destruction de la digue s’il s’avère que l’apron du Rhone n’est pas remonté en amont fin 2018.

En 2017, nous avons pu constater les effets néfastes de cette décision d’ouverture liés à la sécheresse qui a sévi de mai 2017 à novembre 2017, laissant totalement à sec la rivière et obligeant même l’Onema à procéder à des pêches électriques pour sauver les poissons prisonniers des quelques gouilles subsistant en aval. Plus de 1700 personnes (nos villages comptent une population de 3000 habitants) ont signé une pétition en 2016 pour que la rivière retrouve son aspect antérieur.

Partout en France, et en Ardèche, des ouvrages sont menacés sans qu’une analyse pertinente des possibilités et des conséquences prenant en compte tous les aspects, écologique, environnementaux humains et économiques  ait été réalisée. Au moment où l’utilisation de  l’argent public doit être mesurée à l’aune des réels besoins de la population, nous ne pouvons accepter une telle décision.

Nous vous demandons, comme Madame Royal s’y était engagée en décembre 2016, à ce qu’une analyse au « cas par cas » puisse être mise en œuvre, avant toute décision irréversible. 

Nous vous demandons l’abandon du projet, et la remise en état de la digue à l’initial. Nous sommes prêts à rencontrer les élus qui le souhaitent pour être entendus sur ce sujet.

A lire en complément
Apron du Rhône: les petits ouvrages expliquent-ils sa disparition?
Les données dont on dispose sur l'apron démontrent difficilement que les ouvrages anciens sont responsables de la disparition de ce poisson, qui était encore bien réparti sur 2200 km de cours d'eau au début du XXe siècle. A l'époque, les moulins fragmentaient pourtant les lits depuis des siècles, sans compter les nombreuses chutes naturelles infranchissables pour ce poisson qui migre très peu.

1 commentaire:

  1. CHERS AMIS DEFENSEURS DE NOS BELLES RIVIERES Nous avons les memes problemes en DROME pour un petit affluent de l ISERE,dénommée LA JOYEUSE . Nous nous battons avec notre collectif et avons beaucoup participé à l Enquete Publique. Malgré tous les arguments développés la Commission a donne des AVIS FAVORABLES sans aucune réserve. Nous allons certainement aller au Tribunal Administratif et nous preparons nos dossiers avec un avocat spécialisé REGROUPONS NOUS JY VIGNON SECRETAIRE DU COLLECTIF "Pour la riviére JOYEUSE"

    RépondreSupprimer