dimanche 25 mars 2018

Les crues de janvier 2018 en Châtillonnais

Pierre Potherat, ingénieur en chef des travaux publics de l’Etat aujourd'hui retraité, livre une réflexion intéressante sur les dernières crues de la Seine et ses affluents en Châtillonnais. L'auteur demande notamment aux autorités d'évaluer les impacts des actions en rivières et berges, notamment la destruction des ouvrages hydrauliques qui tend à accélérer l'écoulement dans le lit mineur et à limiter des expansions de crue en amont des points durs que représente chaque ouvrage. Nous souhaitons que cette démarche d'expertise publique soit menée, à l'heure où certains apprentis sorciers ont décidé de détruire le maximum de moulins, étangs et plans d'eau sans procéder à une évaluation des conséquences de leurs actions cumulées à échelle du bassin versant. 



Les 23 et 24 janvier 2018, le pays Châtillonnais a dû faire face à une crue majeure à la suite de fortes pluies tombées depuis le début du mois.

Les dégâts ont été conséquents puisqu’à Châtillon la caserne des pompiers et plusieurs établissements scolaires ont été impactés (Saint Vincent-Saint Bernard, Lycée Désiré Nisard, collège Fontaine des Ducs, maternelles François Rousselet). La place de la Résistance a été submergée et plusieurs rues ont été interdites à la circulation, notamment dans les quartiers du Théâtre, de Saint Nicolas et de la Douix. De nombreuses caves ont été inondées dans ces quartiers nécessitant l’intervention des pompiers pendant plusieurs jours.

Plusieurs villages alentours ont également été touchés, en particulier, dans les vallées de la Seine, de l’Ource, de l’Aube et même de la Laignes.

Plusieurs routes ont été coupées à la circulation, aussi bien dans la vallée de la Seine que dans celle de l’Ource ou de l’Aube.

Certains habitants, très surpris, ont eu à déplorer une montée très rapide des eaux dans des secteurs jusqu’alors épargnés, y compris par la crue de janvier 1955.

Le parallèle avec les inondations relatives à cette crue historique, qualifiée de crue cinquantenale, n’a pas manqué d’être fait. Ces deux événements sont-ils comparables ?

Lire la suite : charger le pdf

Illustration : à l'amont d'un ouvrage de l'Ource dont la crête est encore visible, l'eau se répand vers le lit majeur. Lorsque l'onde de crue se forme sur une rivière, quel rôle peuvent jouer les ouvrages dans la vitesse de l'écoulement puis dans son expansion latérale? Répondre à cette question paraît une précaution élémentaire pour la puissance publique. Surtout à l'heure où l'on vante les méthodes naturelles d'usage des lits majeurs pour diminuer le risque aval des zones urbanisées.

A lire sur le sujet
Casser les ouvrages hydrauliques sans aggraver le risque d'inondation? Nos décideurs vont devoir prendre leurs responsabilités 
Idée reçue #17: "L'effacement des ouvrages hydrauliques permet de s'adapter au changement climatique" 
La continuité écologique au risque des crues, inondations et étiages, rapport OCE 

7 commentaires:

  1. A Belan sur Ource en mai 2013, crue cinquantenale, ouvrage existant 30 habitations inondées.
    Janvier 2018, crues cinquantenale x2, ouvrage arasé: 0 habitation inondé. Allez donc expliquez à ceux qui n'ont mis de parpaings dans leur cuisine que c'était mieux avant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux pour les habitants de Belan. Cela ne change cependant rien au propos : si vous supprimiez tous les ouvrages de Seine amont, l'eau filerait sans doute bien plus vite vers l'aval... mais les Parisiens enverraient la facture, et elle serait lourde! Raison pour laquelle on mène des politiques de bassin, afin d'éviter les actions désordonnées et sous-informées qui prévalaient jadis.

      Sinon, quelles ont été les inondations à Belan ? La commune ayant été déclarée en catastrophe naturelle, il a dû y avoir quelques débordements aussi.

      Supprimer
  2. Il y a l'air d'avoir de l'eau en amont et en aval non?
    Dans le cas ou les ouvrages favorisent largement l'expension latérale, on peut donc dire que tous les ouvrages en zone urbaine présente un réel danger.
    Si ceux ci permettent d'inonder le lit majeur, il me paraît primordial de supprimer tous les ouvrages en zone urbaine pour éviter ces phénomênes d'expansion et assurer la sécurité des population!!!. De plus j'imagine que la création d'embacles dans ces ouvrages urbains aggrave de façon conséquente ce phénomêne. Qu'en pensez vous?
    Victorinox

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'expansion latérale se fait en absence de contraintes. En zone urbaine, les berges ont été surélevées au fil des crues de référence, afin de chenaliser l'écoulement (il se réajuste donc principalement par une accélération).

      Sinon, il est d'ores et déjà prévu par le droit de l'environnement qu'un ouvrage présentant un problème de sécurité publique se voit retiré son autorisation par le préfet. Il est donc difficile de répondre à votre généralité, c'est du cas par cas.

      L'enjeu d'un modèle de bassin est de travailler tout cela. JR Malavoi a fait une étude approfondi de l'Armançon, sous l'angle hydromorphologique. On peut donc travailler à cette échelle, de même que l'on peut mettre en place des outils de "science citoyenne ouverte" permettant à tous les riverains de contribuer à la description de crues (donc avoir un mapping détaillé des événements qui cale les modèles).

      Supprimer
    2. Les travaux en milieu urbain sont parfois complexes à cause des interactions de l'eau avec les fondations riveraines. Il faut d'abord que les analyses géotechniques s'engagent fermement à garantir l'absence d'effets sur le bâti, sinon le maître d'ouvrage risque de voir arriver les compagnies d'assurance quelques années plus tard ! Par ailleurs, quand un ouvrage répartiteur crée un canal dans la ville, il y a beaucoup plus de gens concernés par l'aspect d'agrément (des gens qui préfèrent souvent un paysage d'eau à une banale coulée verte). Donc ce ne sont pas des chantiers simples.

      Supprimer
  3. Des vannes ont l'air d'être fermées sur le cliché. Etonnant au pic de crue?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La photo agrandie suggère que deux vannes sont levées, la troisième reste abaissée. Hélas, certaines vannes sont non fonctionnelles, dans d'autres cas le propriétaire n'a pas pu accéder à l'ouvrage avant que la hausse du niveau d'eau bloque la passerelle. Notre association rappelle régulièrement à ses adhérents que c'est une obligation de bonne gestion, avec possibilité de gestion automatisée s'il n'y a pas présence sur le site. Il serait utile que l'administration demande aux propriétaires défaillants d'investir sur ce poste - nous la soutiendrions sur ce point -, au lieu de couvrir comme aujourd'hui des projets illégaux de destruction et diverses autres demandes infondées. Mais nous ne désespérons pas que l'on revienne à cette attitude constructive, utile et intelligente.

      Supprimer