vendredi 21 décembre 2012

Potentiel micro-hydraulique en Côte d'Or: une approche historique

Dans la première partie du XXe siècle, la société dijonnaise Fonderies et ateliers de construction de l'Est (ancienne usine Darnel-Bosshardt) a équipé en turbines hydrauliques 142 fermes, moulins et usines de Côte d'Or, dans 82 communes différentes. Grâce aux données très précises rassemblées dans le catalogue de ce constructeur, il a été possible de reconstituer la puissance totale installée, et d'estimer ce qu'elle pourrait représenter aujourd'hui.

Le résultat est très intéressant : 2,3 MW de puissance, 10 GWh de productible annuel (équivalent de la consommation électrique de 2000 foyers et équivalent de revenus annuels de 1 million d'euros). Presque tous les sites ainsi équipés au XXe siècle peuvent être remis en production en ce début de XXIe siècle, alors que la transition énergétique exige de trouver des formes originales et locales de production durable d'électricité. (Voir le bilan des Assises de l'énergie.)

Cette étude ne porte que sur 142 sites renseignés par le catalogue des Fonderies dijonnaises, mais le Référentiel des obstacles à l'écoulement totalise 770 seuils et barrages en rivières. Autant dire que la micro-hydro-électricité représente une niche importante d'énergie, de ressources et d'emplois pour nos territoires.

Bonne lecture !

A télécharger (lien pdf) : Hydrauxois (2012), Hier et demain : le potentiel micro-hydraulique en Côte d'Or. Une étude à partir du catalogue FACE-Darnel-Bosshardt, 14 pages.

A lire en complément : 10 questions & réponses sur l'hydro-électricité

2 commentaires:

  1. Merci pour ce blog très documenté et intéressant !

    Vivent les moulins, la sauvegarde du patrimoine, et les petites productions locales d'énergie renouvelable.

    Et souhaitons que nos rivières retrouvent un bon état écologique, non pas par un arasement des seuils, mais par une diminution de la pollution !

    d.Beaume

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Didier,

    Merci de cet encouragement (et pour rendre à César ce qui appartient à César, c'est encore sur votre Forum que les passionnés de la petite hydro en apprendront le plus!)

    On espère tous que les administrations de l'eau vont revenir à la raison. Décider d'un claquement de doigt de rayer plusieurs siècles de patrimoine hydraulique est une aberration pour la qualité de notre legs aux générations futures. Et alors que nous cherchons tous des sources d'énergie ayant un minimum d'inconvénients pour sortir de la tenaille dépendance au fossile / réchauffement climatique, c'est une erreur magistrale de jugement. De surcroît, jamais l'Union européenne ne considérera en 2015 ou en 2021 nos rivières comme en "bon état écologique" sous prétexte que nous aurons effacer des seuils, ce ne sont pas les critères principaux que l'UE retient.

    RépondreSupprimer