29/09/2020

"Les prés leur apportent beaucoup plus que si les eaux suivaient leur cours naturel", un rapport sur la Seine en 1830

Un adhérent nous transmet un rapport des Ponts et chaussées de 1830, enquêtant à l'époque sur les effets de deux forges et d'un moulin dans la ville de Chamesson, sur la Seine. Cette intéressante pièce montre des riverains tout à fait satisfaits que la rivière ne suive plus son cours naturel et que les biefs entretiennent une humidité favorable aux cultures. Voilà qui devrait inspirer réflexion à nos modernes "sachants" entreprenant de mettre à sec les têtes de bassin en détruisant les ouvrages de retenue et dérivation au nom de la continuité écologique. 


En 1830, l'administration des Ponts et chaussées rédige un rapport d'enquête sur les forges et le moulin de Chamesson, sur la Seine (Côte d'Or), en vue de leur conservation. Le rapporteur, rappelant que les sites datent des années 1200 pour la première forge, 1500 pour le moulin et la seconde forge, mène enquête auprès des riverains pour savoir s'ils en tirent griefs ou bénéfices.

Voici ce que dit notamment ce rapport :

"Il résulte de l'enquête publique faite sur les lieux et de tous les renseignements constatés dans le procès verbal de commodo et de incommodo qu'aucun riverain ne se plaint de la hauteur des eaux de retenues, tant pour la forge du haut que pour ce qui concerne le moulin et la forge du bas. La plupart déclarent au contraire que les prés leur apportent beaucoup plus que si les eaux suivaient leur cours naturel. En effet les crues de la Seine se font sentir ordinairement depuis le 1er décembre jusqu'au 1er mars ; il est fort rare d'en voir à d'autres époques ; et par conséquent d'en redouter les effets au moment de la fauchaison. Il y en a eu une en 1816, à l'époque de la récolte des foins ; mais pareille circonstance ne s'était pas présentée de mémoire d'homme. Ainsi donc, les hauteurs d'eaux ne sauraient être nuisibles, lors même que les vannes de décharge ne seraient pas suffisantes pour prévenir les inondations ; et la hauteur des eaux du bief entretient une humidité favorable à ce genre de culture." 

Ainsi donc, comme tout le monde peut l'observer de nos jours encore, la proximité des retenues et des biefs a des effets bénéfiques pour l'humidité et la végétation. N'est-ce pas notamment ce que nous devons chercher en cette période de changement climatique, préserver et diffuser au maximum l'eau tout au long de l'année, maîtriser ses crues et limiter ses assecs?

Mais pour une raison tout à fait mystérieuse, cette dimension bénéfique des ouvrages et des retenues d'eau n'apparaît plus à l'administration de nos années 2020. De doctes "sachants" affirment que ces retenues ne retiennent pas l'eau et ils préfèrent encore observer voire encourager des rivières à sec, pourvu que cette discontinuité radicale soit réputée parfaitement "naturelle". On permettra aux riverains du 21e siècle de ne pas partager ces vues, et de continuer à apprécier tout ce que leur apportent les ouvrages hydrauliques.

A lire aussi

Autre temps, autres mœurs: le rapport de Louis Suquet sur les sécheresses de la Seine et la vertu des biefs (1908)

Face aux sécheresses comme aux crues, conserver les ouvrages de nos rivières au lieu de les détruire. Rapport sur la Seine amont 

A Châtillon-sur-Seine comme sur l'ensemble des zones karstiques amont, la Seine est souvent à sec. © Radio France - Lila Lefebvre Les riverains doivent exiger des gestionnaires publics des études sérieuses des cours d'eau, incluant l'exploration historique de leur régime et leurs usages, la projection de la ressource en eau en période de changement climatique au cours de ce siècle. Des politiques sectorielles comme la continuité dite "écologique" ne prennent pas en considération la dimension holistique de l'écologie ni la dimension sociale des rivières, des canaux ou des plans d'eau.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire