23/09/2020

Echange avec Truites et compagnie

Sur le site Truites et Cie, "magazine de la truite et de la pêche à la mouche", Yann Abdallah publie une tribune intéressante intitulée "Continuité écologique, biodiversité et patrimoine hydraulique". Une fois n'est pas coutume, nous sommes d'accord avec de nombreuses vues exposées dans cet article. Mais de toute évidence, des désaccords persistent aussi dans la manière de poser la problématique. Quelques échanges, en espérant que les acteurs des rivières prennent l'habitude de discuter sans tabou ni anathème de ces sujets. Car au final, il faudra bien gérer les cours d'eau en définissant des bonnes pratiques et un respect mutuel. 

Pour expliquer les problèmes de la continuité écologique, l'auteur souligne divers travers dans la mise en oeuvre des politiques de l'eau. Ces arguments ont déjà été en partie développés par le mouvement des ouvrages et riverains depuis le classement de 2012-2013 des rivières, nous constatons donc une convergence de vue.

Objectif irréaliste du "bon état DCE 2015: "l’étrange objectif d’exiger l’atteinte du bon état général des eaux dès l’année 2015… J’entends par « étrange » le fait qu’une politique puisse être aussi naïve de la complexité du fonctionnement de nos hydrosystèmes, de la façon dont nos sociétés ont historiquement bouleversé et modifié « nos eaux » et d’une absence totale de définition de ce que cette politique entend par « bon état général »."

Définition bâclée d'un état de référence de chaque rivière: "définir un état « référence » pour l’ensemble de nos hydrosystèmes est un exercice d’une difficulté sans nom sur notre vieux continent ultra-anthropisé et il aurait probablement fallu 10 ans de débats pour aboutir à des consensus, qui n’auraient peut-être d’ailleurs jamais été trouvés !"

Listes mal conçues de rivières classées continuité écologique: "En quelques mois, pour ne pas dire quelques semaines, on a balancé aux Préfets, qui ont tout de suite délégués à leurs services compétents (DDT, OFB en première ligne), la responsabilité de sortir des listes prioritaires pour le rétablissement de la continuité écologique (...) les premières listes ont donc été établies essentiellement « à dire d’experts », sans avoir ni le temps de la concertation, ni le temps de bien réfléchir à ce qu’allait impliquer in fine la production de ces listes aux échelles locales."

Absence de choix local, ordre dogmatique d'en haut: "Il faut aujourd’hui reconnaître qu’avoir voulu, indifféremment sur tous types de territoires, imposer la politique de continuité écologique était une erreur, probablement peu efficace en termes biologique/écologique et contre-productive à l’échelle socio-culturelle. Il faut sortir des positions dogmatiques, revenir au concret et redonner une place plus importante aux échelles de décision locale dans nos actions."

Manque de sens des priorités écologiques: "Dans le contexte de changement climatique qui va exacerber les effets des pressions sur nos masses d’eau, cette priorisation devient indispensable, sans quoi nos actions diminueront encore en efficacité. Citons l’exemple très actuel de la ressource en eau. La gestion quantitative de cette ressource est devenue une très grande priorité sur bon nombre de bassins versants (caricature facile : une passe à poissons sans eau pour l’alimenter n’a pas grand intérêt)."

Cela étant dit, nous conservons de toute évidence des divergences de fond. Nous pouvons les observer avec ces paragraphes : 

"Parlons « bon sens », justement, pour évoquer ce que nous pourrions entendre par «biodiversité» et «restauration écologique». Le bon sens ne devrait-il pas nous conduire à construire nos modes de gestion en tenant simplement compte des spécificités locales naturelles de nos écosystèmes (latitude, altitude, climat, géologie,…) ? Celles mêmes qui sont à la base de l’organisation du vivant et qui conditionnent sa répartition et sa diversité ! N’est-il pas de bon sens, sur une tête de bassin versant, de chercher à privilégier la conservation des espèces inféodées à ces milieux ? Lorsqu’on travaille sur ces milieux, on va ainsi cibler les espèces affectionnant les eaux plutôt froides courantes et bien oxygénées : la truite de rivière, le chabot, la lamproie de Planer, l’écrevisse à pattes blanches ou encore la moule perlière. Et le bon sens devrait alors conduire le gestionnaire à orienter ses actions pour la conservation ou la restauration de ces espèces. (...) "Cette vision de bon sens n’apparaît pour autant pas être partagée par M. Lévêque et les défenseurs de moulins qui militent pour une approche paysagère et intégratrice des modifications profondes de nos écosystèmes en lien avec les activités humaines. On pourrait à ce titre, voir d’un bon œil la biodiversité atypique locale apportée par une retenue associée à un ouvrage transversal. Pourquoi la perche ou la carpe n’aurait-elle pas la même valeur en termes de biodiversité que la truite de rivière ou le chabot ? D’où l’intérêt de revenir au bon sens des spécificités locales de nos écosystèmes. Préserver la biodiversité c’est justement préserver la diversité du vivant associée à la diversité des milieux. Et je ne vois pas ce qu’il y a de dogmatique à privilégier des espèces rhéophiles sur des têtes de bassins ! Sachant que la biodiversité inféodée aux retenues des chaussées trouve largement ailleurs, généralement plus en aval sur le bassin versant, de quoi se développer. A l’inverse, les espèces inféodées aux têtes de bassin n’ont d’autres habitats de vie… que les têtes de bassin !"

Voici quelques éléments de réponse à cela: 

- de notre point de vue, les milieux doivent d'abord être jugés comme ils sont aujourd'hui et non pas en référence à ce qu'ils étaient. Quand on a des retenues et des biefs présents depuis un à cinq siècles, voire davantage pour certains, ce sont tout simplement les nouveaux milieux (des humains, des non-humains), leurs habitants forment le "nouveau sauvage" (comme l'appelle Pearce 2015) tel qu'il s'est développé sur ces nouveaux milieux. On ne croise généralement pas une prairie, un champ, un bocage, une garrigue en pensant que cela devrait à tout prix redevenir de la forêt (comme jadis). Le même raisonnement doit s'appliquer à des plans d'eau ou des canaux, qui ne sont pas les habitats originels d'une rivière (à part ceux des castors et barrages d'embâcles naturels), mais qui s'y sont implémentés au fil de l'histoire;

- sur la plupart des rivières de tête de bassin, on trouve bel et bien des truites, des chabots, des lamproies de Planer etc. en amont et aval des ouvrages, ces populations n'ont pas disparu de la rivière (parenthèse, la lamproie de Planer assure sa croissance en milieu limoneux, on en trouve beaucoup en biefs et retenues de ces têtes de bassin, où le fond a davantage de limons et moins de sables-graviers, donc forme plutôt un habitat favorable). Quand on examine des données (exemple de la rivière Cousin par nos soins, exemple de recherche chez Tummers 2016, Castelain 2016), on constate qu'il y a des variations de densités relatives de poissons au sein des assemblages, en l'état actuel des rivières ou après chantier d'effacement. Soit, mais il y a des truites avant, il y a des truites après: nous ne parlons pas ici d'espèces disparues comme on tend parfois à le faire croire au public par un vocabulaire imprécis ; 

- dans certains cas, il est montré que des ouvrages favorisent la préservation de populations endémiques (Vera et al 2019 sur la truite, Taylor et al 2019 sur l'écrevisse, Sousa et al 2019 sur la moule perlière), donc comme toujours, l'hydrobiologie défie les généralités (point reconnu par l'auteur);

- une des raisons de la présence persistante des truites et espèces d'accompagnement quand on s'approche des sources est que les rivières de têtes de bassin ont des pentes fortes, de sorte que les ouvrages anciens de type moulins ou étang ont un faible effet linéaire, contrairement à des rivières de plaine peu pentues où les retenues dessinent des plans d'eau lentiques plus longs (la longueur de la retenue est proportionnée à la pente: sur un pente à 2% un ouvrage de 2 m crée une retenue de 100 mètres en tête de bassin, sur une pente à 0,2% la retenue est de 1000 mètres en plaine alluviale, pour la même hauteur d'ouvrage). Autant dire qu'en tête de bassin, on n'a pas disparition des habitats lotiques, mais alternance des zones lotiques et lentiques (ou plutôt lotiques ralenties, voir les mesures chez Donati et al 2019);

- avoir davantage d'espèces de poissons ubiquistes dans un plan d'eau de moulin ou d'étang n'implique pas faire disparaître les autres espèces. Si la rivière se maintient dans un état écologique stable alternatif (un milieu modifié mais ayant trouvé des variations autour d'un nouveau point d'équilibre), cela signifie que des espèces co-existent désormais (et davantage d'espèces qu'avant sur les tronçons concernés); 

- les pêcheurs ne se plaignent généralement pas que ces espèces d'eaux fraîches (truites, etc.) aient disparu, ils se plaignent que la biomasse locale totale de ces espèces n'est pas à son "optimum biotypologique" (au sens de Verneaux). C'est différent et ce n'est plus vraiment du "bon sens" dont parle l'auteur: il s'agit d'une approche devenant très spécialisée, souvent à but halieutique, n'intéressant pas trop le citoyen non pêcheur ou non naturaliste (si l'on raisonne en services écosystémiques rendus par un profil de la rivière). Le "bon sens" dit que quand il y a beaucoup d'espèces en voie d'extinction, ce n'est pas forcément la priorité de l'écologie de dépenser de l'argent public pour varier des densités locales d'espèces qui restent par ailleurs assez communes en France et en Europe (cas de la truite fario, par exemple);

- enfin, rappelons que les poissons ne sont qu'une partie de la biodiversité aquatique, il faut évaluer toute la faune et la flore des milieux en place. Les poissons ne sont pas non plus le sommet de la chaîne trophique — des loutres, des hérons et d'autres peuvent trouver en eux des ressources alimentaires (que ce soit alors des espèces locales ou non-locales de poissons).

"Petite digression, je vous conseille la lecture d’un article très récent (voir ici) qui traite justement de l’effet des petites retenues sur la thermie des rivières. On y apprend ainsi que sur 30 ouvrages étudiés (de 0.4 à 15m de hauteur de chute, 5m en moyenne), près de 70% d’entre eux engendrent une augmentation de la température de l’eau en été (0.20 à 5.25°C) par rapport à l’amont. On peut lire également que ces effets peuvent être mesurés en moyenne sur 1.3 km en aval desdites retenues. Donc oui, la thermie des rivières est un enjeu crucial de demain pour la conservation de notre biodiversité aquatique et oui, dans ce cadre, l’effacement d’ouvrages (même associés à des petites retenues) peut être une action efficace. Fin de la digression."

Il existe des travaux géographiquement plus proches que le Massachusetts (par exemple Chandesris et al 2019). Néanmoins, il y a toujours des enseignements à tirer des recherches sur les hydrosystèmes puisqu'ils partagent des fonctionnalités et réponses physiques. En l'occurrence, cette étude nord-américaine concerne des ouvrages ayant une hauteur moyenne de 5,3 m, une surface moyenne de retenue de 32,4 ha et un volume moyen de retenue de 1,4 millions de m3. Il faut déjà reconnaître (et expliquer au public) que nous ne sommes pas dans le contexte de la très grande majorité des moulins et étangs de tête de bassin (où l'eau fraîche est un enjeu), qui ont pour la plupart des dimensions bien plus modestes. Il y a une corrélation positive entre la largeur de la retenue, le non-couvert forestier du bassin et l'effet thermique observé. Cet effet thermique disparaît à l'aval après 280 à 4470 m (moyenne 1310 m). Enfin, l'effet s'observe surtout de juin à septembre mais pas les autres mois.

Donc on doit évidement examiner cette question de la température, sans forcément dire a priori que c'est "crucial" (beaucoup d'espèces vivent en eau non froide, certains invertébrés prospèrent mieux en période chaude voir Van Looy 2016), mais plutôt en mesurant les températures des eaux et en analysant les assemblages d'espèces, dans l'idéal en faisant des suivis radiométriques d'espèces cibles (vulnérables, sténothermes) pour comprendre comment elles se comportent face au signal thermique. La température de l'eau dépend de plusieurs paramètres, comme toujours il faut chercher des solutions plus consensuelles pour la faire varier dans le sens souhaité. On doit par ailleurs écouter ce que dit la communauté scientifique : le réchauffement du climat semble plus marqué que prévu par les modèles en raison de rétro-actions positives plus affirmées que ne le calculaient ces modèles voici 10 ou 15 ans, donc l'action sur la réduction du carbone atmosphérique reste pour l'instant le paramètre de premier ordre pour l'avenir thermique des rivières et plans d'eau en 2100, et au-delà. L'écologie souhaite ré-installer des approches par temps long, nous devons en tirer les conséquences quand on définit des priorités. Surtout à budgets contraints.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire