samedi 7 mai 2016

Idée reçue #15 : "Les poissons sont l'enjeu principal de la biodiversité aquatique"

La biodiversité aquatique en eaux douces ne se limite pas aux poissons: ils représentent moins de 10% des animaux aquatiques documentés à l'échelle de la planète, de l'ordre de 2% en France – des proportions qui seraient plus faibles encore si l'on incluait les plantes et les micro-organismes. Parmi ces espèces piscicoles, une minorité est considérée comme sérieusement menacée.  La protection du poisson et la promotion de la biodiversité ne sont donc pas toujours synonymes, la première renvoyant parfois à des finalités plus halieutiques qu'écologiques. Quand la politique publique des rivières fait en France le choix d'effacer des lacs, des retenues ou des étangs au nom de la "continuité écologique", elle ne favorise pas tant la biodiversité que certains assemblages ou certaines espèces piscicoles. Un choix discutable.

La biodiversité aquatique reste très mal connue aujourd'hui dans de larges pans de la planète, y compris en Europe pour certains ordres. Les poissons sont les mieux décrits des animaux aquatiques, en raison de leur grande taille et de leur intérêt historique pour les sociétés humaines, ce qui a très tôt motivé la curiosité des naturalistes. A échelle globale, les poissons ne représentent cependant que 10% environ de la biodiversité animale aquatique, en excluant les micro-organismes et les plantes (ci-dessous, voir bibliographie pour la source des données; nous avons isolé certaines familles au sein des clades pour individualiser les poissons parmi les vertébrés).


En France, où l'on compte une centaine d'espèces de poissons dont 69 sont natives, on estime qu'elles représentent de l'ordre de 2% de la biodiversité aquatique (chiffres in Genin et al 2003, Keith et al 2011). Parmi ces espèces, beaucoup sont ubiquistes et généralistes, un peu plus d'une vingtaine représentent un enjeu de protection patrimoniale.

Bien que les poissons ne soient pas la première composante de la biodiversité aquatique, ils occupent une place de premier plan dans la gestion écologique des rivières et les décisions publiques. Au point qu'il existe un certain biais dans la présentation des réalités biologiques des hydrosystèmes, voire des enjeux de conservation.

Par exemple, l'Onema a organisé un séminaire «Biodiversité aquatique : quelles pistes pour la gestion des rivières et plans d’eau ?» (Rencontre de l'Onema 2012). En lisant le compte-rendu, on s'aperçoit que 90% des échanges ont concerné les poissons, tant au plan de la connaissance qu'au plan de la gestion et de la programmation. On en déduit que l'Onema ne travaille pas à préserver la biodiversité aquatique, mais d'abord à gérer des populations piscicoles. C'est problématique pour un organisme qui a été chargé par le Ministère de l'Environnement de superviser le volet scientifique de la politique des rivières et la mise en oeuvre de la directive cadre-européenne sur l'eau.

Comme l'ont relevé récemment des universitaires (voir Lesprez et al 2015), ce biais s'explique aisément par l'histoire institutionnelle : l'Onema est l'ancien Conseil supérieur de la pêche, une instance par nature orientée sur la gestion halieutique. Ses chercheurs, ingénieurs et techniciens ont pour beaucoup une spécialisation sur les poissons (souvent sur les poissons migrateurs et les poissons rhéophiles de tête ou milieu de bassin). A cela s'ajoute que les institutions officielles des pêcheurs (fédération nationale FNPF et fédérations départementales FDAPPMA) ont un agrément de "protection des milieux aquatiques" et sont fortement impliquées dans la mise en oeuvre de certaines réformes, notamment celle de continuité écologique. Le biais piscicole et halieutique s'en trouve en conséquence renforcé.

Il y a eu beaucoup de débats dans les milieux conservationnistes sur la présentation et la priorisation des enjeux de protection de la biodiversité. La tendance est à mettre en avant des espèces familières et si possible sympathiques au grand public, pour favoriser la communication (en dernier ressort, le consentement à payer). Le saumon ou la loutre seront plus évocateurs qu'un mollusque ou un insecte moins photogéniques...

Le choix des espèces d'intérêt peut néanmoins présenter des biais. On l'observe dans la politique des rivières en France comme dans le choix des priorités de protection à l'échelle européenne. Par exemple, les habitats favorables aux salmonidés ou aux rhéophiles ne sont pas forcément les plus riches en terme de biodiversité totale : quand on supprime certains biotopes en place (lacs, retenues, étangs) sur les têtes ou milieux de bassin pour favoriser ces populations, il est probable qu'on abaisse la richesse spécifique de la masse d'eau concernée (encore faudrait-il le mesurer, ce qui n'est jamais fait dans les projets d'aménagement qui se revendiquent pourtant de l'écologie). Difficile dans ces conditions de présenter la mesure comme une "promotion de la biodiversité". Ou d'affirmer en toute généralité que ce qui est bon pour le saumon / la truite est forcément bon pour tous les autres groupes d'organismes.

Pour finir, rappelons que la biodiversité n'est pas un musée ni une prison où chaque espèce inféodée à son habitat persisterait à l'identique dans le temps: Darwin a fait jeu de ces illusions fixistes et créationnistes depuis bien longtemps, même si les conséquences de son message ne sont pas toujours comprises. L'évolution du vivant fonctionne au contraire par un changement permanent des conditions génétiques et environnementales à partir desquelles s'exerce la sélection et se produit l'adaptation. Le vivant s'adapte ainsi toujours aux habitats et aux propriétés physicochimiques de l'eau qu'il rencontre, même modifiés par l'homme. La défense des espèces menacées est néanmoins une question importante pour nos sociétés, et aussi une question non triviale vu les coûts de protection ou de restauration. Sa mise en oeuvre ne doit en être que plus précise, complète et honnête dans l'information alimentant le débat démocratique.

Références citées :
Balian EV et a (2008), The Freshwater Animal Diversity Assessment: an overview of the results, Hydrobiologia, 595, 627–637
Genin B et al (2003), Cours d'eau et indices biologiques. Pollutions, méthodes, IBGN, Educagri, 222 p.
Keith P et al ed (2011), Les poissons d'eau douce de France, Biotope-Publications scientifiques du Museum, 552 p.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire