mardi 10 mai 2016

Opportun communiqué de FNE et la FNPF... faire-valoir des hauts fonctionnaires en déroute?

France Nature Environnement (FNE) et la Fédération nationale de la pêche en France (FNPF), faire-valoir de tous les excès en matière de destruction d'ouvrages, publient un communiqué pour manifester leur désolation face à ce qu'ils nomment la "relance de la petite hydraulique".  Leur acrimonie paraît bien excessive et empruntée. Mais, dans le bras de fer discret entre la Direction de l'eau et de la biodiversité et sa ministre de tutelle, Ségolène Royal, les bons amis subventionnés n'ont-ils pas pour fonction de faire croire que la "société civile" réclame massivement les effacements de seuils et barrages? Ce communiqué ressemble fort à un service commandé...


Sur le fond, il n'y a pas grand chose à ajouter à ce que nous avions déjà écrit à propos d'exercices du même acabit. Voir notamment notre idée reçue "un moulin produit moins qu'une éolienne, inutile de l'équiper" pour le volet énergétique et notre idée reçue "les seuils et barrages ont un rôle majeur dans la dégradation des rivières et des milieux aquatiques" pour le volet écologique. Essayer de faire croire que l'élimination de moulins pluricentenaires à la pelleteuse représente un enjeu écologique de premier ordre pour les cours d'eau français restera comme une formidable escroquerie intellectuelle, et un effrayant rappel de la capacité de l'administration à rationaliser des décisions absurdes et à pousser son personnel à leur exécution.

Il est difficile de parler de "fond" cependant, puisque ni FNE ni FNPF ne paraissent capables de la moindre distance critique vis-à-vis du concept de continuité écologique. Ils qualifient donc de "décision catastrophique pour l’état des fleuves, rivières, et ruisseaux" le malheureux appel d'offres de Ségolène Royal, ne concernant jamais qu'une centaine de projets et dont le volet environnemental est tellement rigoureux que beaucoup d'industriels et collectivités se disent sceptiques sur l'intérêt d'y donner suite. Voir dans cette mesure symbolique un choix "catastrophique" ne fait jamais que révéler le catastrophisme de celui qui énonce un tel jugement.

Au passage, les auteurs "rappellent que leurs fédérations sont favorables aux investissements qui sont complémentaires du développement  des énergies renouvelables et variables : comme ceux récemment engagés par EDF sur  les concessions hydroélectriques de La Bathie-Roselend, la Coche en Savoie, le Cheylas et Gavet en Isère, qui, pour un bilan environnemental positif, apporteront un supplément de 370 GWH dont 225 GWH de productible net hors pompage équivalent à plusieurs centaines de microcentrales et 168 MW de puissance de pointe indispensable à l’augmentation de la part d’électricité renouvelable: quand on prétend faire de l’hydroélectricité,  il faut le faire sérieusement, et pas avec des moulinettes sur des ruisseaux!" Caricatural éloge des camarades barragistes d'EDF dans un communiqué sur la continuité écologique, et profond mépris de l'appropriation de la transition énergétique par les citoyens. La réforme est-elle si mal en point qu'il faille mobiliser le ban et l'arrière-ban de certains réseaux historiques d'influence dans l'appareil d'Etat?

Sur la forme, FNE et FNPF sont à l'évidence déstabilisés par une Ministre de l'Environnement qui ne cède pas à leur moindre caprice dans le domaine des rivières. C'est une douche froide puisque certains hauts fonctionnaires de la Direction de l'eau et de la biodiversité les avaient habitués à transposer très fidèlement dans la règlementation chacune de leur position anti-barrage et surtout anti-moulin, depuis près de dix ans. Avec le résultat que l'on observe: un vaste soulèvement contre des réformes absurdes, brutales, inefficaces ; une dénonciation croissante de ces choix tellement éloignés de l'intérêt général que leurs porteurs en rivières doivent signer de gros chèques d'argent public pour y pousser quelques tièdes maîtres d'ouvrage ; une oligarchie bousculée et bunkerisée, autocélébrant en vase clos la clairvoyance de ses actions auxquelles les ingrats, les ignares et les idiots ne comprennent rien. Quant au bénéfice écologique réel de ces opérations rapporté à leurs coûts, l'omerta règne. (L'Onema aussi, cela revient un peu au même, d'ailleurs.)

Il est regrettable que des supposés défenseurs des rivières défigurent la nécessaire écologie des milieux aquatiques en une idéologie sectaire de la destruction des ouvrages. Plus regrettable encore que ce sectarisme ait fait office de politique publique pendant dix ans. Car en dernier ressort, ce n'est pas à FNE ni à la FNPF que nous demandons des comptes, mais aux représentants de l'Etat qui ont failli aux exigences d'impartialité, d'équité et d'objectivité propres à une action publique digne de ce nom.

2 commentaires:

  1. FNE FNPF lobies oubliez les rivières non domaniales, les équipements anciens,les "moulinettes sur les ruisseaux"on s'en occupe.Pourquoi parler de l'insignifiant?ou alors je n'ai pas tout compris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour un certain nombre de ces acteurs, le principe de rivières "non domaniales" est justement le problème. Cela n'apparaît pas comme tel dans leur communication publique, mais ceux qui participent à des concertations le rapportent régulièrement comme argument échangé. Vous le voyez aussi exprimé dans leurs forums. En gros, il faudrait que les rivières soient des espaces publics, et si elles ressortissent du domaine privé, on peut matraquer ad libitum les propriétaires de normes et obligations à leur frais. Dans le cas des moulins, d'autres rancoeurs symboliques s'ajoutent, elles étaient déjà là sous l'Ancien Régime d'ailleurs :-) Ces points ne sont pas posés expressément, car cela reviendrait à confesser son ressentiment comme principe d'action (moins vendeur que l'écologie) et de toute façon, la "nationalisation" des rivières serait hors de portée des finances publiques (il n'est qu'à voir comment les linéaires sous contrôle des EPCI ou EPTB sont moyennement entretenus, avec au demeurant l'idéal d'auto-entretien de la rivière "renaturée" comme laisser-faire justifiant des coupes de dépenses publiques). Mais ces considérations existent dans la motivation militante de certains FNE-FNPF et quelques autres.

      Supprimer