jeudi 19 mai 2016

Ger et Job, rivières en lutte

Dans les petits villages du Comminges coulent le Ger et le Job. Ici, on dit que de tout temps la rivière fut ainsi, avec ses moulins et ses digues. On dit que les anciens savaient ce qu’ils faisaient. On se questionne et on s’inquiète : pourquoi défaire notre histoire, notre paysage ? Est-ce cela l’écologie ? Confrontés comme tant d'autres à la mise en oeuvre de la continuité écologique, avec maîtrise d'ouvrage d'une Fédération de pêche de surcroît, les amis du Ger et du Job se sont constitués en association. Ils entendent se battre pour préserver leur lieu de vie. Nous publions leur communiqué.  

Moulins et rivières en danger
L’administration a décidé de détruire les seuils, ces petits barrages qui alimentent les moulins de notre Comminges. Ici c’est tout d’abord le Ger et le Job qui sont menacés. En partie. Prétendant rétablir la continuité des rivières, l’administration les a au contraire tronçonnées. Certaines parties doivent être débarrassées de leurs obstacles, d’autres tronçons ne sont pas inquiétés. La logique administrative a des raisons qui nous échappent.



Rétablir la continuité écologique: Qu’es aquo?
La loi établit que les poissons migrateurs doivent pouvoir remonter et dévaler le cours des rivières et qu’il convient donc d’équiper les obstacles qu’il rencontrent. En toute logique la loi préconise que pour rétablir cette continuité il faut commencer par l’aval et remonter vers l’amont.
Sauf que: sur le Ger et le Job il n’y a pas de poissons migrateurs et qui plus est, ces deux rivières de montagne sont plutôt très éloignées de leur aval, l’Océan, la Gironde...
 Alors l’administration nous invente de nouveaux poissons migrateurs: les truites. Ainsi donc les moulins poseraient problème aux truites. En effet il y a moins de truites que par le passé. Mais par le passé il y avait plus de moulins. Depuis deux, trois et parfois dix siècles. Peut- être faudrait-il chercher ailleurs ce qui est véritablement nuisible pour les truites.



L’administration: qui c’est ça?
Nous évitons de dire l’Etat. En effet que ce soit les maires concernés, la ministre de l’environnement ou les nombreux députés et sénateurs qui se manifestent pour demander l’arrêt de cette œuvre de destruction, nos hommes et femmes politiques ne sont pas à l’origine de cette incongruité. Quels que soient leurs tendances ils constatent et dénoncent une « sur- interprétation » administrative de la loi. La loi dit qu’il faut équiper les seuils mais l’administration souhaite les détruire. C’est la solution qui est la seule subventionnée... Les services de l’Agence de l’eau Adour-Garonne et l’Onema (ex conseil supérieur de la pêche) sont les principaux instigateurs de cette dérive destructrice. Pour éviter de prendre le moindre risque, ils ont embarqué dans leurs manœuvres la Fédération de pêche qui dépend beaucoup de ces deux organismes. En effet, détruire un seuil n’est pas sans risque. Ici même, sur le Ger à Pointis-Inard, nous savons que cela peut produire des inondations. C’est ainsi que l’administration prend bien soin de ne pas assumer la moindre responsabilité juridique. Pas d’enquête publique, pas de déclaration d’utilité publique. C’est la Fédération de pêche qui se voit attribuer la responsabilité de la maîtrise d’ouvrage... Que se passera-t-il si les destructions de seuils conduisent comme nous le craignons à de nouvelles catastrophes? Va-t- on demander aux pêcheurs de réparer les dégâts?



Nous nous posons des questions.
Est-ce que la suppression des seuils va améliorer la qualité chimique des eaux?
 En été, quand il y moins d’eau, et qu’il n’y aura plus de retenues d’eau, devra-t-on couper le captage du Job qui nous alimente en eau potable pour maintenir un filet d’eau sur notre rivière transformée en oued?

Est-ce le hasard qui épargne ces destructions à l’endroit exact où la Fédération de pêche dispose elle même d’un seuil qui alimente sa pisciculture? C’est vraiment très curieux car les obstacles qui obstruent et dénaturent le Ger (pour reprendre la terminologie de nos adversaires) sont bien plus importants que ceux qui sont situés sur le Job. Nous n’avons pour l’instant pas pu dénicher l’étude scientifique qui a permis de décréter que ce qui valait pour le Job ne valait pas pour le Ger au niveau de la pisciculture fédérale de Soueich.

Pourquoi ne pas utiliser toutes ces chutes d’eau pour produire une énergie propre?

Nous invitons tous les riverains à partager ces questions lors d’une réunion le 20 mai à 18h30 à la salle des fêtes d’Encausse-les-thermes.

Voir aussi sur Facebook La digue du Job. Les illustrations sont extraites de ce site, tous droits réservés.

Complément : remarques sur la pisciculture de Soueich
Sur le site internet de la pisciculture de Soueich, il est dit que la Fédération départementale de pêche élève de l'ombre commun pour l'introduire dans le bassin Adour-Garonne-Dordogne-Gaves. Pourtant, ce n'est pas une espèce native sur ces rivières: l'ombre (Thymallus thymallus) fréquente les bassins du Centre et de l'Est de la France, comme ceux de l'Europe centrale et septentrionale. Mais l'ombre plaît à certains pêcheurs à la mouche. Les fédérations de pêche se prétendent souvent les gardiennes des milieux aquatiques, de l'intégrité biotique des rivières, des espèces autochtones, etc. Elles font volontiers la morale aux propriétaires d'ouvrages hydrauliques, et sont rarement les dernières en comité de pilotage à appuyer les solutions les plus radicales d'effacement. Mais alors, pourquoi modifier les peuplements des rivières? Pour y reproduire des espèces qui plaisent à leurs adhérents et pour vendre de la carte de pêche?  Pour concurrencer les espèces autochtones ? Certaines études scientifiques ont montré qu'à long terme, les empoissonnements à fin halieutique peuvent modifier davantage les assemblages piscicoles des cours d'eau que les barrages (voir Haivogl et al 2015). Pour notre part, nous ne sommes pas particulièrement hostiles à l'introduction raisonnée et contrôlée d'espèces (phénomène de toute façon difficile à empêcher) : le fait est que la biodiversité piscicole totale de la France a augmenté depuis 150 ans (ajout d'une trentaine d'espèces non natives). Nous sommes par ailleurs tolérants envers les différents usages de la rivière, pêche incluse. En revanche, les doubles standards sur l'intégrité à géométrie variable des assemblages piscicoles et les postures agressives envers les ouvrages de la part d'institutions ayant des agréments publics ne sont pas acceptables. Quant au fait de confier la maîtrise d'ouvrage d'une restauration de continuité écologique à une Fédération de pêche (comme le cas du Ger et du Job), nous y sommes clairement défavorables : les instances officielles de la pêche ont pris des positions trop partisanes et radicales pour se voir confier ce type de mission, qui demande une ouverture d'esprit vis-à-vis des différentes représentations de la rivière et une bonne prise en compte des enjeux non-écologiques.

5 commentaires:

  1. Bonjour,
    je pense que certains n'ont pas encore compris le fonctionnement des cours d'eaux qui sont en mauvais état écologique de la main de l'homme qui les a barré, détourné ou trop prélevé.
    les seuils ou barrages empêchent le transport des solides dont une rivière a besoin pour entretenir son lit et éviter ainsi les inondations et permettre aussi à la faune et la flore de s'y développer.
    il est inacceptable justement que certaines personnes fassent de l'argent sur un bien commun et national qui est l'EAU sous couverture des energies renouvelables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour

      Votre réponse est plus doctrinale que réaliste. Nous n'avons jamais lu une seule étude (pourtant à charge le plus souvent) concluant qu'un seuil produit un déficit grave de charge solide. Et pour cause, d'ailleurs, il suffire de lire les formules d'hydraulique à surface libre et transport de charge. Ou simplement de regarder le fond des rivières à l'aval des moulins, fond qui ne diffère pas substantiellement en granulométrie du reste de la rivière sur le même tronçon.

      Des gens "font de l'argent" avec l'eau, le vent, le soleil, le bois, et même les poissons. Votre condamnation paraît donc, à nouveau, assez doctrinaire. Par ailleurs, la plupart des seuils qu'on veut supprimer ne "font pas d'argent".

      Supprimer
    2. Il y a les réponses doctrinale et les bornés-têtus qui raisonnent en terme d'hydraulique pure. Dans ce jeu rien n'avancera puisque c'est une jeu puerile "qui a tort" "qui a raison".
      Et si vous pensiez en 50%-50% pour trouver un équilibre salutaire à tous et surtout au milieu vivant qui n'appartient à personne, puisqu'il appartient a tous, et qui n'a jamais été sur notre territoire puisque c'est l'homme qui est plutôt venu s'installer sur le sien et a tout chambouler sous l'égide du PROGRES TECHNIQUE DESTRUCTEUR. Bref, les betises de la main de l'homme doivent être reparées en bonne intelligence et les réfractaires à tout changement ou nouveauté feraient bien a mon avis de réviser leur jugement et de se remettre en cause de temps à autre.

      Bonne journée.

      Supprimer
    3. Mais a écrit ce torchon bourré mensonges et d'ignorance ?! Non mais c'est une honte de raisonner qu'à travers son propre intérêt.... Ah non, c'est de la politique pardon. On fait croire que c'est pour le bien de tous et l'on œuvre que pour son propre intérêt particulier...

      Supprimer
    4. C'est vrai cela, regardez tous les pêcheurs qui, illuminés par l'intérêt général, militent pour arrêter la pêche, cette activité barbare consistant à torturer des poissons pour son agrément personnel. Ah non, c'est politique, on appelle "intérêt général" ce que les lobbies écoutés au ministère appellent ainsi...

      Supprimer