lundi 16 mai 2016

Défendre la valeur intrinsèque du patrimoine historique des moulins

Il ne viendrait à l'esprit d'aucune personne civilisée, ou même sensée, de casser systématiquement certains éléments du patrimoine d'une nation. Et pourtant, cette idée aberrante a pu paraître légitime en France quand le patrimoine concerné est celui des moulins et de leur exceptionnel témoignage sur l'histoire des rivières. Affirmer que tout ouvrage hydraulique pose problème à la rivière et que toute disparition d'ouvrage est un bénéfice désirable pour les milieux, refuser de mettre en balance les considérations écologiques avec les sensibilités esthétiques, paysagères et culturelles, cela revient à promouvoir une négation de la valeur intrinsèque du patrimoine hydraulique et de notre devoir de transmission de ce patrimoine aux générations futures. Ne pas dénoncer cette folie, c'est s'en rendre complice. Ce n'est pas demain qu'il faut défendre l'héritage menacé de nos rivières : c'est maintenant. Et partout.

Les moulins appartiennent au patrimoine historique, technique et culturel des rivières françaises. La valeur de ce patrimoine est essentiellement associée au système hydraulique de captage et usage de l'eau, sans lequel le moulin n'a plus aucun sens. Pendant près de deux millénaires, l'eau a été la principale source d'énergie renouvelable avec la biomasse, la transformation des céréales par les moulins a été au coeur de l'alimentation humaine et animale : ce n'est pas anecdotique, c'est au contraire une clé de lecture du développement des civilisations.

A la valeur patrimoniale du bâti s'ajoute une valeur paysagère : les retenues et les canaux (biefs) associés à l'existence des moulins dessinent un certain profil de la rivière et de la vallée, inscrit dans les représentations collectives, déterminant les occupations humaines des berges. Obligés de s'adapter au cours des rivières, les moulins sont souvent des modèles d'intégration du bâti humain aux contraintes naturelles des sites, ce qui est au coeur même de la définition du paysage. Et ces paysages sont, en France et en Europe, la manière singulière dont l'homme habite la nature. Nous n'avons pas de ce côté-ci de l'Atlantique le goût des "réserves de vie sauvage" où l'homme est interdit de présence, nous préférons plutôt assumer et valoriser une très longue et subtile co-existence du naturel et du culturel.


Les moulins forment un patrimoine vernaculaire de proximité : il n'est pas forcément reconnu au sens réglementaire de la protection patrimoniale, mais il participe à l'identité et à l'esthétique des territoires, comme ses autres édifices remarquables et constructions (lavoirs, ponts, fontaines, pigeonniers, fours, calvaires, maisons et fermes anciennes, etc.). Les moulins sont aussi parfois associés à un patrimoine immatériel, quand les savoir-faire de production ont été préservés. Leur influence sur la toponymie, l'hydrographie, l'histoire et la géographie indique assez leur place importante dans l'héritage national.

Les moulins étaient originellement des édifices utilitaires : véritables usines à eau, ils servaient à la transformation des produits agricoles ou manufacturiers. La perte progressive de cet usage économique originel n'implique nullement la perte de leur valeur patrimoniale — pas plus qu'un château-fort perd son intérêt sous prétexte qu'il ne permet plus la défense des villageois, ni que la chapelle perd sa beauté quand ses fidèles la quittent.

Toutes choses égales par ailleurs, est-il bénéfique pour la collectivité de permettre la conservation, l'entretien et la transmission de ce patrimoine des moulins aux générations futures ? Nous pensons que la réponse est évidente : depuis un siècle, tant à l'échelle nationale qu'internationale, la valeur sociale, éducative, économique de la préservation du patrimoine s'est imposée comme une nécessité pour la construction d'un rapport toujours plus riche, plus dense, plus divers à la mémoire collective. Tout ne peut certainement pas être conservé, ni ne doit forcément l'être. Mais c'est souvent avec répugnance que l'on voit disparaître les témoignages singuliers du passé, et c'est toujours avec horreur que l'on condamne les entreprises terroristes ou totalitaires de destruction volontaire des héritages culturels de l'humanité. Le patrimoine des moulins, comme tous les autres, possède une valeur intrinsèque digne d'être comprise et transmise.

Aujourd'hui en France, certains veulent opposer le patrimoine culturel des ouvrages hydrauliques au patrimoine naturel des espèces aquatiques. La défense du second pourrait justifier la destruction du premier. Cette position est intenable.


Au plan empirique, rien ne démontre sérieusement que les moulins ont provoqué la disparition d'espèces aquatiques. Ces disparitions – ou plus exactement régressions – limitées au domaine piscicole sont essentiellement documentées à compter du XXe siècle, en réponse à d'autres pressions que celles des petits ouvrages hydrauliques. Par ailleurs, la biodiversité aquatique s'est transformée par l'introduction volontaire ou accidentelle de nombreuses espèces, de sorte que le patrimoine naturel est une notion en constante évolution. Enfin, il existe des méthodes non destructives pour aboutir à des bénéfices écologiques en faveur de la conservation de certaines espèces. L'opposition est donc largement factice.

Au plan éthique ou philosophique, la fin ne justifie pas tous les moyens. La prise en compte de l'intérêt des espèces vivantes non humaines est certainement un progrès pour nos sociétés, et désormais un élément de notre culture commune. Mais cette sensibilité nouvelle ne saurait supplanter ou nier les grands principes fondateurs comme le respect des personnes et des biens, le droit à la sûreté et à la propriété, la défense de la diversité culturelle, l'accès à la culture et à l'éducation, etc. Réduire la destruction d'un moulin à une froide "solution" technocratique et économique a quelque chose de profondément inquiétant car désincarné et déshumanisé. Vouloir systématiser cette solution par des processus organisés de contraintes se place clairement à la limite du tolérable pour une démocratie fondée sur les droits de l'homme.

Enfin, la valeur patrimoniale des moulins n'implique pas que la collectivité peut et doit tous les préserver. En fait, beaucoup ont déjà disparu au fil des siècles. Au bord des rivières, il est fréquent de trouver des anciens sites de moulin en ruine. La nature a repris toute seule ses droits, les crues successives ont fini par éventrer et emporter l'ouvrage, le bief est devenu un bras mort. Il est bon qu'il en soit ainsi : le temps fait son oeuvre, certains ouvrages sont préservés car transmis et entretenus de manière continue, d'autres sont rendus à l'écoulement spontané de la rivière. Laissons faire ainsi la nature au lieu d'amener sur nos rivières des pelleteuses et des bétonnières qui n'ont rien d'écologique.

Illustrations : en haut la rivière (Lignon) et son béal, à Jaujac. Le patrimoine des moulins est inséré dans celui de la nature, souvent de manière harmonieuse. En bas un moulin abandonné sur le Serein, à Courcelles-Frémoy.  Le seuil s'échancre, la rivière reprend peu à peu sa liberté, l'ancienne retenue et la chute résiduelle forment un biotope non dénué d'intérêt au plan écologique.

2 commentaires:

  1. Vous devriez aussi commenter avec le même lyrisme la réponse de la Madone de Roquelaure sur l'équipement électrogène des anciens moulins : https://www.senat.fr/questions/base/2012/qSEQ120222157.html ... vous ferait sans doute le constat de sa parfaite cohérence après le lancement de l'appel d'offre petite hydroélectricité et notamment de son lot 3.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du lien, mais en 2012 (date de cette question et réponse), celle que vous surnommez la madone de Roquelaure n'était pas encore ministre de l'Ecologie. A côté de cela, Ségolène Royal est certainement cohérente, davantage que ses prédécesseurs qui, sous la présidence de M. Sarkozy, ont donné blanc-seing à toutes le dérives de la "continuité écologique" sans remettre en question les facteurs de premier ordre de la dégradation piscicole, et plus largement biologique, des masses d'eau.

      Sinon, l'article ici commenté est indépendant de toute utilisation hydro-électrique d'une chute : une rivière avec ses ouvrages de moulins est culturellement et paysagèrement plus riche qu'une rivière sans eux. Nous préférons pour notre part ces rivières humaines aux rivières "sauvages". Et les passeurs aux casseurs.

      Supprimer