jeudi 12 mai 2016

50 ans de restauration de rivières par les Agences de l'eau (Morandi et al 2016)

Quatre chercheurs se sont penchés sur l'histoire de la programmation des travaux en rivières des Agences de l'eau depuis leur création en 1964. Leurs résultats font apparaître deux paradigmes : la restauration hydraulique et paysagère, anthropocentrée et partant des besoins humains ; la restauration écologique, biocentrée et visant un certain état des milieux aquatiques. Le second paradigme tend à prendre de l'importance à partir des années 2000, ce qui n'est pas sans poser des problèmes de calage sur la caractérisation des pressions écologiques et le choix des actions ayant une réelle efficacité pour améliorer les milieux. Pour les auteurs, la restauration des cours d'eau doit viser une approche plus intégrée, n'opposant pas l'hydraulique à l'écologie mais développant des référentiels élargis de qualité environnementale. On ne peut qu'y souscrire, en déplorant qu'à travers la continuité écologique (un des plus gros postes du programme en cours 2013-2018 de restauration de rivières), les Agences aient dérapé vers une vision radicale et agressive de la restauration morphologique, dont la pression financière en faveur de la destruction des ouvrages hydrauliques est le symbole. Il est évidement impossible de développer une écologie intégrative des rivières sur une base aussi conflictuelle.

Bertrand Morandi et ses collègues viennent de publier dans la revue en ligne des sciences de l'environnement VertigO un intéressant article d'analyse de près de 50 ans de politique de restauration des rivières par les Agences de l'eau. Le contenu étant libre d'accès et en français (voir référence infra), nous laisserons chacun en découvrir le détail, pour nous contenter ici de souligner quelques résultats.

Les auteurs, dont nous apprécions les recherches et en avons recensé certaines, s'inscrivent dans une tradition géographique portée à la pluridisciplinarité. Ils ont ici analysé les programmes pluriannuels appelés "Programmes d’activité" ou "Programmes d’intervention" (PI), adoptés par les conseils d’administration des Agences de l'eau (AE). Trois Agences sont concernées par leur travail, Loire-Bretagne (AELB), Rhin-Meuse (AERM) et Rhône-Méditerranée-Corse (AERMC). Le premier PI date de 1969, le 10e PI et dernier en date a débuté en 2013. Au sein de ces PI, la ligne financière d’aménagement, d’entretien et de restauration des cours d’eau (ligne 240 ou 24) a permis de référencer 4089 actions spécifiquement dédiés aux travaux de restauration de cours d’eau.

Premier enseignement (cf graphique ci-dessous) : l'implication des AE dans la restauration de rivière a pris de plus en plus d'importance, après la loi de 1992, puis la DCE 2000 et sa transposition en 2004, puis la loi sur l'eau de 2006.


Extrait de Morandi et al 2016, art cit, droit de courte citation 

Deuxième enseignement (cf graphique ci-dessous) : les pressions à corriger et justifiant la restauration sont variables, avec une forte diminution dans le temps du motif d'abandon de la rivière (liée dans les années 1960 à 1980 au recul des activités agricoles et à l'exode rural).


Extrait de Morandi et al 2016, art cit, droit de courte citation 

Troisième enseignement (cf graphique ci-dessous) : les motifs avancés d'intervention sont eux aussi variables, avec deux grands ensembles que les auteurs identifient par une analyse factorielle (non représentée), le paradigme de la restauration hydraulique et paysagère (anthropocentré) et le paradigme de la restauration écologique (biocentré).


Extrait de Morandi et al 2016, art cit, droit de courte citation 

Les auteur notent ainsi : "Le premier paradigme, qualifié de 'restauration hydraulique et paysagère', est associé, sur le plan factoriel de l’AFC, aux aménagements paysagers, aux traitements de la végétation, aux traitements des embâcles, des atterrissements, à la restauration des ouvrages transversaux et aux actions de stabilisation du lit et des berges. Toujours selon la lecture du plan factoriel, le second paradigme, qualifié de 'restauration écologique', est associé aux interventions considérées comme favorables au fonctionnement écologique et hydromorphologique, celles de suppression ou d’aménagement des infrastructures considérées comme pressions (e.g. protections de berges, ouvrages transversaux), d’aménagement de la plaine alluviale et de rétablissement des processus hydrologiques et sédimentaires."

Il est dommage que l'étude s'arrête au début du 10e PI, puisque celui-ci a vu la montée en puissance (à travers la mise en oeuvre de la règlementation de continuité écologique notamment) du paradigme de la restauration écologique biocentrée, c'est-à-dire plus soucieuse des milieux aquatiques que des usages humains, arbitrant au besoin pour les premiers contre les seconds. Les auteurs notent au passage cette inflexion sur la gestion des ouvrages hydrauliques : "L’autre évolution des pratiques méritant d’être mentionnée concerne les ouvrages transversaux. Alors que les premières interventions concernent la restauration des ouvrages eux-mêmes, les actions d’aménagement desdits ouvrages (e.g. passes à poissons) ne prennent de l’ampleur qu’à partir de 2006, tout comme les travaux de suppression d’ouvrages qui sont mis en œuvre pour la première fois en 2003 et connaissent une accélération à partir de 2009."

Mieux caractériser l'action, redéfinir les référentiels
A partir de cet examen de la restauration financée par les Agences de l'eau, Bertrand Morandi et ses collègues livrent un certain nombre de réflexions. Les actions, observent-ils, manquent parfois de rigueur dans la caractérisation des pressions, des dégradations, de leur rapport de causalité et des résultats espérés. "Il semble (...) important d’expliciter davantage les fondements de l’action. Il est tout d’abord important de travailler sur les dégradations et de les qualifier, d’un point de vue biophysique mais aussi socio-économique. Avant de parler de 'restauration', la caractérisation et la compréhension des processus de dégradation est un préalable indispensable. Seule une identification précise de ces états du cours d’eau peut permettre la définition et la hiérarchisation d’objectifs de restauration. Ces deux étapes de réflexion sont peu explicitées dans les dossiers d’aides, ce qui peut être problématique dans le contexte actuel de toujours plus d’évaluation de l’action publique."

Le bon état écologique et chimique de l'eau (voulu par la DCE 2000) a exercé une pression sur le gestionnaire en vue de construire des référentiels biocentrés et physicocentrés, au risque d'oublier que la rivière ne se résume pas à cela pour la société (qui paie aussi les dépenses en sa faveur). D'où l'intérêt pour les chercheurs d'en débattre : "Les référentiels écologiques et physico-chimiques jouent un rôle important dans la mise en œuvre de l’action publique, mais il ne doit pas être exclu, après 15 ans de réflexion et de pratiques dans le contexte de la DCE, de les rediscuter. Ils ne répondent en outre pas aux enjeux que représentent la sécurité des biens et des personnes ou les aménités. Dans la perspective d’une restauration de cours d’eau inscrite dans une logique opérationnelle plus intégrée, il nous semble intéressant de poser la question de nouveaux référentiels environnementaux construits sur la base de différents types de valeurs, et permettant de s’intéresser tant à la biodiversité et à la fonctionnalité des milieux pour leur valeur intrinsèque ou les bénéfices sociétaux associés qu’à leur dimension sécuritaire, esthétique, affective, économique…"

Cela ne pas sans poser la question de la construction de ces référentiels : "La DCE est fondée sur une démarche scientifique experte. Il nous semble important, dans la perspective de référentiels environnementaux, d’avoir une démarche différente, plus ouverte et d’affirmer les référentiels comme sociopolitiques, au sens où ils seraient l’expression non d’une vérité scientifique mais d’un objectif de société qui serait inscrit dans un territoire (Jobert, 1992). La concertation apparaît alors comme un principe envisageable pour l’élaboration des référentiels (Barraud et al., 2009 ; Ejderyan, 2009) à la condition que l’ensemble des acteurs environnementaux acceptent d’y prendre part."

"Restaurer ne peut pas tout"
Enfin, selon les auteurs, le gestionnaire doit se garder de l'hubris de la restauration, la croyance en la toute puissance d'une ingénierie écologique capable de renaturer les rivières. Le premier principe reste, plus modestement, la non-dégradation de l'existant : "L’état des lieux modeste dressé par cette étude nous conduit à encourager un renforcement des principes de non dégradation, et les concepts associés de conservation et de préservation. La 'restauration', par son aspect actif, a tendance à devenir emblématique d’une action publique en faveur de l’environnement. La restauration, pour importante qu’elle soit d’un point de vue éthique et opérationnel, nous semble toutefois devoir être posée en concept second. La formule 'quand conserver ne suffit plus' s’est répandue. Nous suggérons de lui adjoindre de manière plus affirmée la formule 'quand restaurer ne peut pas tout'."

Cette mise en garde entre parfaitement en résonance avec l'expérience des associations. Nous avons vu en quelques années fleurir une armée d'ingénieurs, techniciens, chargés de mission, chargés d'animation qui tiennent tous un discours remarquablement homogène sur la nécessité de la restauration écologique de rivière comme nouveau mode de gestion, appelé selon eux à supplanter les anciennes approches sécuritaires, usagères ou paysagères. Ce personnel est très convaincu. Il n'est pas pour autant très convaincant car les riverains attendent des services rendus davantage que des considérations abstraites sur la naturalité ou la fonctionnalité des écoulements.

On regrettera un point absent de l'article (mais qui faisait l'objet de Morandi et al 2014) : le manque de contrôle d'efficacité des actions décidées et financées par les Agences de l'eau. Depuis une grosse dizaine d'années, tous les experts savent que l'heure est au retour critique sur la restauration physique ou morphologique des rivières (voir cette synthèse). Le phénomène est encore confiné à la prose savante, mais il ne le restera pas indéfiniment : le gestionnaire ne peut pas croire et faire croire à la réussite certaine de son action quand, dans le même temps, le chercheur accumule des analyses montrant des résultats médiocres, décevants ou incertains.

Quand l'Agence mène une politique à dominante "hydraulique et paysagère", l'efficacité se mesure simplement à la satisfaction après les travaux : en général, ce sont les riverains (par le biais des collectivités ou syndicats) qui avaient exprimé un besoin. Quand l'Agence mène une politique à dominante "écologique", nous ne sommes plus du tout dans le même registre d'évaluation. Les mesures écologiques sont des objectifs réglementaires (DCE 2000 et autres directives nitrates, eaux résiduaires, pesticides) que l'on atteint ou que l'on n'atteint pas. Ces mesures imposent généralement des coûts, des servitudes, des contraintes par rapport aux usages actuels. Il en résulte une obligation forte de rendre des comptes : d'une part, vérifier que l'action demandée a des effets réels sur la qualité écologique de la masse d'eau ; d'autre part, démontrer que la dépense publique et la perte des collectivités, exploitants, propriétaires ou usagers sont proportionnées au gain obtenu. D'autant que les demandes en matière de qualité biologique, physique ou chimique de la masse d'eau ne manquent pas, et que toutes ne peuvent être satisfaites.

Il existe aujourd'hui une communication et une information déficientes sur les actions financées par les Agences de l'eau, en particulier dans le domaine écologique : une posture saturée de bons sentiments et de belles images (pour montrer que l'on est un vrai ami de l'eau et de la nature), quelques mots compliqués et graphiques épars (pour montrer qu'il y a de la vraie science derrière tout cela), et puis c'est tout. C'est-à-dire rien, ou pas grand chose. Cet âge de la communication édifiante est révolu, nous sommes entrés dans l'ère de l'information et de la donnée, avec des habitudes nouvelles d'accès, de comparaison, de tableau de bord, de rapportage. Une communication qui reste à des effets d'annonce, cela se voit vite ; et c'est tout aussi vite assimilé à une manipulation (voir cet exemple de l'AELB qui répète tous les 5 ans les mêmes objectifs sans y parvenir).

La continuité écologique, virage raté vers une restauration biocentrée
Enfin, la montée en puissance de la continuité écologique dans le 10e PI des Agences (en réponse au classement administratif des rivières de 2012-2013) a creusé le fossé entre l'approche hydraulique / paysagère et l'approche écologique. Les Agences de l'eau ont en effet participé à la stratégie décidée par le Ministère de l'Environnement et consistant à privilégier la destruction du maximum d'ouvrages en rivières (chaussées, seuils, barrages).

Au lieu de favoriser un objectif progressif et compatible avec l'existence de ces ouvrages (franchissabilité par des espèces migratrices faisant l'objet de plans de protection comme le saumon et l'anguille), il a été mis en avant la nécessité de supprimer complètement des retenues pour recréer des habitats naturels et assurer la circulation de toutes les espèces, y compris celles qui ont de faibles capacités de nage et de saut, qui ne sont pas menacées d'extinctions locales, qui n'ont pas nécessairement besoin de migrations à longue distance dans leur cycle de vie, etc. Par l'inflation de ses ambitions, la continuité écologique a ainsi été transformée en une expérimentation à grande échelle de la "renaturation" promue comme suppression pure et simple d'une influence anthropique locale (les ouvrages, en particulier les ouvrages des moulins supposés plus simples à gérer que des influences morphologiques d'origine agricole, car non liés à un usage économique direct de la chute dans la majorité des cas).

Il est trop tôt pour conclure, car le 10e PI est en cours d'exécution, mais on peut déjà observer l'échec partiel de cette orientation au regard du faible nombre d'ouvrages aménagés et de la très forte opposition à la réforme : une restauration écologique ne peut réussir si elle se coupe brutalement des enjeux hydrauliques et paysagers, reste sourde aux attentes variées (non économiques et non écologiques) des riverains, prend le visage de la contrainte et du rapport de force, peine à démontrer ses gains pour l'environnement en contrepartie de sacrifices trop importants ou de changements trop abrupts.

Référence : Morandi B et al (2016), Les Agences de l’eau et la restauration : 50 ans de tensions entre hydraulique et écologique, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], 16, 1, DOI : 10.4000/vertigo.17194

A lire en complément

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire