dimanche 15 mai 2016

Restauration de rivière, un bilan critique (Wohl et al 2015)

Ingénierie écologique sans résultats significatifs sur les indicateurs de qualité ou les objectifs initiaux, défaut d’inclusion des acteurs sociaux et partenaires locaux, limites d’échelle à la réussite des actions engagées : trois chercheurs tirent un bilan critique de la restauration de rivière à l’occasion d’un panorama de sa jeune histoire. Tous les chantiers ne sont certes pas inefficaces, mais beaucoup ne tiennent pas leurs promesses. Et ces promesses elles-mêmes doivent être questionnées si l’état écologique désiré de la rivière diverge des attentes esthétiques, émotionnelles ou pratiques des riverains.  Il est grand temps que la politique publique des rivières en France cesse la censure administrative sur ces retours critiques de plus en plus nombreux venus du monde scientifique. Au-delà, ce sont les paradigmes mêmes de la restauration écologique dont il convient de débattre. Une partie de l’écologie reste sensible à des convictions dont le bien-fondé n’est pas évident : une suppression d’impact anthropique permettrait de revenir à un état antérieur non perturbé ; l’influence humaine ne serait pas devenue partie intégrante du milieu et les trajectoires naturelles tendaient spontanément vers la stabilité, la permanence, l’équilibre ; l’évolution des éco-anthroposystèmes aurait une bonne prédictibilité malgré leur caractère complexe, voire chaotique. Ce dont nous avons besoin : nettement plus de recherche amont pour évaluer ces assertions, affiner les concepts et les modèles ; nettement moins de chantiers précipités aux coûts importants, aux résultats décevants, aux suivis inexistants et au consensus social défaillant.

A l’occasion du 50e anniversaire de la revue Water Resources Research, Ellen Wohl, Stuart N. Lane et Andrew C. Wilcox ont publié une revue sur la science et la pratique de la restauration de rivière.  Cet exercice consiste à faire le point sur l’état des connaissances et des débats dans la communauté scientifique : ce n’est pas un travail de recherche proprement dit, mais de bilan sur quelques aspects dominants de cette recherche.  Ellen Wohl et ses collègues soulignent que la restauration physique a pris une importance croissante dans la gestion des rivières à partir de la seconde moitié du XXe siècle, et surtout des années 1980-1990. Ils dressent une perspective critique assez sévère des trois premières décennies de restauration. Leurs propos devraient faire réfléchir plus d’un décideur dans notre pays, en pleine préparation du transfert de la compétence Gemapi (gestion de l’eau, des milieux aquatiques, prévention des inondations) aux intercommunalités, alors que l’efficacité de la dépense publique pour l’eau est contestée et que certaines réformes supposées "phare" (comme la continuité écologique) provoquent de nombreux conflits.


La première partie de l’article d’ Ellen Wohl et ses collègues est dédiée au rappel des divers types d’actions de restauration, selon qu’elles concernent des petits cours d’eau de tête et milieu de bassin, des corridors fluviaux ou des milieux plus spécifiques. Les auteurs rappellent les diverses options de cette restauration : stabilisation de berge, reconfiguration du chenal (géométrie, profil, ligne d’énergie), suppression de seuils ou barrages, dispositifs de franchissement piscicole, reconnexion de la plaine d’inondation, gestion environnementale des prélèvements et du débit, amélioration des micro-habitats dans le lit et les berges, gestion des espèces, acquisition foncière pour renaturer les abords des cours d’eau.

Nous nous concentrons ici sur quelques éléments mis en avant par les chercheurs dans le retour critique de ces chantiers de restauration.

Suivi rare, efficacité limitée, information scientifique insuffisante - "Même si une prise en compte plus large des processus de la rivière et de la restauration au-delà du corridor fluvial s’est installée, la communauté scientifique a souligné deux thèmes persistants dans la restauration de rivière : le suivi limité des projets pour déterminer objectivement et quantitativement si les buts de la restauration sont atteints (par exemple, Bernhardt et al, 2005) et la proportion élevée de projets de restauration qui ne parviennent pas à des améliorations significatives des fonctions de la rivière telles que les reflètent des critères comme la qualité de l’eau ou les communautés biologiques (Lepori et al 2005, Bernhardt et Palmer 2011, Violon et al 2011, Palmer et Hondula 2014). Nous pouvons ajouter à cela le troisième défi consistant à mieux intégrer la communauté non scientifique dans la planification et l’implémentation de la  restauration de rivière (Eden et al 2000, Pfadenhauer 2001; Wade et al 2002, Eden et Tunstall 2006, Eden et Bear 2011). L’échec apparemment très répandu de beaucoup d’approches de restauration souligne le besoin de comprendre pourquoi une proportion substantielle des projets de restauration n’atteignent pas leurs objectifs et comment la communauté scientifique peut contribuer à rendre cette restauration plus efficace".

Critères de réussite écologique non atteints - "A date, la majorité des projets de restauration de rivière ne satisfont pas les critères centraux posés par Palmer et al 2005 pour une restauration écologiquement réussie. Ces critères sont que les conditions écologiques doivent être améliorées de manière démontrée et que l’écosystème doit être plus auto-suffisant et plus résilient aux perturbations externes, de sorte qu’un minimum de maintenance soit nécessaire après la restauration. Les problématiques entourant la signification sociale des projets de restauration sont rarement prises en considération, alors qu’elles sont souvent prédominantes pour leur implémentation dans des systèmes où les communautés ont leur mot à dire sur la manière dont l’environnement est géré".

Adhésion des populations locales - "La restauration implique des coûts financiers (Holl et Howarth 2000) et autres (Junker et al 2007). Développer un intérêt soutenu des populations locales pour la restauration de rivière (eg Åberg et Tapsell 2013) est particulièrement important pour préserver un soutien de la société au projet. Les rivières sont à la fois une source de valeur (par exemple loisir) mais aussi d'inquiétude (par exemple risque d’inondation) pour ceux qui vivent avec elles (e.g., Jacobs et Buijs, 2011; Seidl et Stauffacher, 2013). Si les objectifs de la restauration dépendent de l’engagement continu de ceux qui vivent avec la rivière ou qui influencent les décisions de gestion, ils doivent en conséquence être conçus en termes socialement pertinents et acceptables (Tunstall et al 1999, 2000; Junker et al 2007, Buijs 2009, Åberg et Tapsell 2013, Yocom 2014). La pertinence sociale est fortement liée aux facteurs esthétiques et émotionnels qui définissent si des communautés considèrent un projet de restauration comme réussi (Buijs, 2009; Jacobs et Buijs, 2011; Yocom, 2014). Des rivières peuvent avoir acquis une valeur sociale même quand elles sont écologiquement dégradées (e.g., Adams 1997; Junker et al 2007) et la recherche a montré que des éléments vus par des scientifiques comme nécessaires pour une restauration réussie en termes biophysiques ne sont pas ceux qu’une communauté va valoriser (Che et al 2014)."

Hybride nature-culture, intégration des riverains dans la conception et la décision - "Ces observations montrent pourquoi la rivière doit être vue comme un hybride de nature et de culture (Eden et al 2000, McDonald et al 2004) et cela a des implications majeures pour l’implémentation des projets de restauration de rivière. Aussi louables que puissent être les objectifs scientifiquement ou écologiquement informés pour la restauration, l’incapacité à considérer l’interface entre la société et la science de la restauration a des chances de causer une divergence entre les praticiens, les chercheurs et ceux qui vivent avec les rivières. La définition des objectifs et la mise en oeuvre de la restauration de rivière doivent faire participer les communautés qui les portent financièrement, culturellement et politiquement  (eg Mann et al 2013, Seidl and Stauffacher 2013). Cette attention est nécessaire pour faire de la restauration un processus plus responsable au plan démocratique et pour respecter les origines de la restauration comme mouvement social. C’est aussi nécessaire parce que certains pouvoirs au sein des communautés locales peuvent bloquer des projets de restauration".

Contraintes d’échelle, contraintes d’acceptabilité - "Notre revue suggère que l’incapacité répandue à restaurer des fonctionnalités de la rivière et des communautés écologiques comparables à des conditions de référence reflète deux contraintes primaires. La première est la divergence entre l’échelle de l’altération et l’échelle de la restauration. Typiquement, les projets de restauration ne s’attaquent pas aux changements à échelle de bassin versant de l’eau, des sédiments, des nutriments et des contaminants entrant dans la rivière et aux changements à échelle de bassin versant des connectivités longitudinales, latérales et verticales des rivières. Les efforts de restauration à échelle du tronçon ont particulièrement peu de chances d’être suffisants quand la majorité du bassin a été altéré, et même une restauration à échelle de bassin sur une seule variable, comme le débit, aura probablement un succès limité. La seconde contrainte d’importance est le fossé parfois substantiel entres les attentes de la société vis-à-vis de la rivière, qui peuvent être largement esthétiques, et la compréhension scientifique des rivières comme systèmes dynamiques qui requièrent un certain niveau de déséquilibre et comme écosystèmes avec de nombreuses fonctions invisibles, comme les échanges hyporhéiques. Ce fossé peut conduire à l’adhésion sociale en faveur d’efforts cosmétiques de restauration plutôt qu’à l’acceptation du maintien de formes et de facteurs importants pour la rivière, comme par exemple ceux associés aux crues."


Quelques observations
Le constat d’Ellen Wohl et de ses collègues est devenu ces dernières années un topique de la littérature scientifique en écologie des rivières : la restauration physique des cours d’eau, cela ne marche pas très bien et cela rencontre souvent peu d’adhésion sociale. Le travail des trois chercheurs s’abstient de tout volet d’analyse économique (étude coût-bénéfice), qui aurait probablement assombri un peu plus le diagnostic –la sensibilité à l’efficience de la dépense est désormais une tendance lourde de l’évaluation des politiques publiques comme des contraintes budgétaires des Etats.

Les extraits cités sont évidemment aux antipodes du story-telling infantilisant des gestionnaires publics, qui nous assurent avec force communication du formidable enthousiasme collectif autour de ces actions et des résultats faramineux promis par elles. En France, le Ministère de l’Environnement conseille sans rire d’aller lire les recueils d’expériences hydromorphologiques de l’Onema, qui ont cette particularité d’avoir le taux exceptionnel de 100% de réussite. Et pour cause, ces recueils ne sont pas le fruit d’un suivi scientifique, mais d’une auto-appréciation subjective des porteurs de projets et d’un contrôle superficiel des résultats... très exactement les travers que critique la communauté scientifique depuis plus de 10 ans à la lueur de ses "vrais" retours d’expérience! Il serait temps de montrer un minimum d’honnêteté intellectuelle envers les citoyens qui paient ces "expériences", car comme Ellen Wohl et ses collègues le rappellent, l’adhésion sociale fait partie intégrante de la restauration de rivière.

Cela dit, il y a dans la manière même dont la problématique de restauration est posée par les auteurs (comme beaucoup d’autres) un angle mort qui nous trouble toujours un peu. Après tout, les gestionnaires n’ont pas inventé tout seul l’ingénierie écologique et la restauration physique des rivières, ils appliquent pour l’essentiel certains paradigmes définis par des scientifiques eux-mêmes ces dernières décennies. Dire par exemple que l'action locale (station, tronçon) ne suffit pas et qu'il faudrait agir sur tous les impacts du bassin versant, cela ressemble un peu à une fuite en avant irréaliste où l'on persiste dans une approche déficiente au lieu d'interroger la déficience elle-même.

L’écologie est la science qui étudie les interactions des organismes entre eux et avec leurs milieux. Cette science observe que le milieu spécifiquement humain a pris une dimension telle qu’il change substantiellement le fonctionnement et le peuplement des rivières. Lesquelles sont devenues des "anthroposystèmes", au même titre que nous vivons dans l’"Anthropocène". Ce processus date des implications hydrauliques de la sédentarisation amorcée voici dix millénaires (maîtrise nécessaire, locale, permanente de l’eau), s’est accéléré par seuils au gré des innovations, avec un bond à partir de la révolution scientifique et  industrielle moderne, s’associe désormais en premier ordre au boom démographique nous ayant mené à 7 milliards, et demain 9 milliards d’humains visant un certain confort d’existence. Il paraît donc difficile de construire une science des milieux autre que science des milieux anthropisés.

Dans ces conditions, la compréhension écologique de l’état "naturel" (au sens d’antérieur à un impact humain) d’une rivière devrait se démarquer assez clairement de l’espoir d’un retour à cet état "naturel" (espoir relevant de l’utopie politique davantage que de l’investigation scientifique). Par son appellation même, la "restauration" entretient cette ambiguïté puisque restaurer, c’est revenir à la situation antérieure. Mais le vivant ne revient jamais aux situations antérieures (de manière générale, aucun système dynamique complexe ou chaotique ne revient aux conditions préalables à une perturbation).

Nous ne devrions donc pas proposer à la collectivité une restauration ou une renaturation, mais (plus platement certes) une gestion ou un management de la rivière en vue de réaliser certains objectifs. Ce qui pose toute sorte de questions. Cette gestion est-elle collégiale, démocratique, technocratique? Est-elle définie au plan national ou au plan local, dans quelle instance ayant légitimité démocratique à le faire? Ses objectifs sont-ils définis par la science ou par la politique? Quel niveau minimal d’information sur les milieux et d'estimation des incertitudes est requis pour prendre une décision éclairée?  Comment s’arbitrent des attentes conflictuelles ou plus simplement des représentations divergentes? Est-il seulement possible au plan théorique de prétendre maîtriser l’évolution temporelle d’un hydrosystème, en garantissant que le "bon" choix aux conditions actuelles des milieux et de nos connaissances donnera des "bons" résultats quelques décennies plus tard? Qui définit le niveau d’incertitude de l’action et qui prend la responsabilité des échecs, quand la marge d’erreur concerne la vie des gens?

Ces questions sont complexes, nous ne prétendons pas avoir de réponses toutes faites. Une chose est au moins certaine : on ne trouvera pas ces réponses avec un système politique fondé sur des choix centralisés, non concertés avec l’ensemble des parties prenantes,  non informés par l’ensemble des disciplines scientifiques et non dégagés du court-termisme permanent alimenté par des états d’urgence factices (dont un certain discours écologique dégradé est hélas friand, enfant fidèle de son époque "bougiste" où il faut forcément agir vite ; sans parler de la manie politicienne de vouloir "laisser sa marque" le temps du mandat, ce qui aboutit à une inflation législative et réglementaire ou à des chantiers somptuaires auxquels les citoyens sont de plus en plus allergiques).

Hier, il n’y a pas si longtemps, des choix ont été faits. Déjà au nom d’une certaine rationalité scientifique et technique, déjà avec une certaine verticalité politique : drainage, curage, rectification, canalisation, barrage, endiguement, usages des sols en vue de la productivité économique et de la croissance territoriale, etc. On nous dit aujourd’hui que ces choix sont mauvais et qu’ils doivent être déconstruits. Gare à ne pas atteindre le point de lassitude où la société ne supporte plus d’être le cobaye d’une expérimentation permanente, ni le point de révolte où elle ne respecte plus les expérimentateurs eux-mêmes. Fussent-ils drapés de la toge écologique, qui ne prémunit pas des colères sociales.

Référence : Wohl E et al (2015), The science and practice of river restoration, Water Resour. Res., 51, doi:10.1002/2014WR016874.

Illustrations : restauration des habitats des rivières Warren Brook et Cold, US Fish and Wildlife Service, Creative Commons paternité générique 2.0.


Continuité écologique à la française: contre-modèle d'une réforme ratée 
Les propos d’Ellen Wohl, Stuart N. Lane et Andrew C. Wilcox prennent un sens particulier en France, où les chantiers de restauration de rivière sont dominés depuis quelques années par la réforme de continuité écologique visant à supprimer ou aménager de nombreux obstacles longitudinaux à l’écoulement (seuils, digues, barrages à divers usages).  Cette réforme a soulevé contre elle les représentants des riverains, des moulins, des étangs, des forestiers, des hydro-électriciens, d’une partie des agriculteurs, des grandes associations de défense du patrimoine et du paysage, de nombreux acteurs locaux, politiques ou associatifs (voir l’appel à moratoire et voir le bilan d’étape). Elle est donc d’ores et déjà un contre-modèle qui cumule la plupart des travers mis en lumière par les chercheurs : gouvernance opaque n’ayant pas associé les communautés concernées en amont, choix autoritaire de l’obligation légale et réglementaire d’aménager au lieu d’une démarche volontaire co-construite, solutions brutales (effacement privilégié) ou coûteuses (passes à poissons sur des milliers d’ouvrages) n’ayant pas de consensus social, absence de suivi scientifique voire d’objectifs initiaux dans la majorité des chantiers, délai obligatoire de 5 ans décalé par rapport aux capacités d’action et de financement des gestionnaires comme au temps nécessaire du débat sur des chantiers qui affectent durablement le cadre de vie de gens.  La question est désormais de savoir si le système défaillant de décision ayant produit cette programmation est capable de se réformer pour supprimer les dispositions les plus contestées et pour engager une gouvernance durable. La continuité écologique "à la française" a mal démarré, elle n'est pas obligée de mal finir...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire