dimanche 22 mai 2016

Tonnerre, Avallon, Belan-sur-Ource... les effacements d'ouvrages continuent de plus belle

Le 9 décembre 2015, Ségolène Royal avait demandé aux Préfets de ne pas insister sur les effacements de seuils de moulin, en attendant les recommandations du CGEDD pour comprendre les meilleurs moyens de sortir des blocages. Peine perdue, les établissements de rivière ou de bassin (ici Sirtava, Sicec, Parc du Morvan) continuent leur programme méthodique de destruction du patrimoine hydraulique dans les rivières classées au titre de la continuité écologique. Un gâchis d'argent public, pas même capable de promettre un gain écologique concret, entretenant l'illusion abêtissante d'une "renaturation" de rivières anthropisées depuis des millénaires et chimiquement altérées depuis 50 ans. 



Nous avons exposé dans le cas de Tonnerre le caractère absurde de ces travaux au regard de la qualité IPR du cours d'eau et de son peuplement piscicole (voir l'ensemble des articles), nous avions longuement étudié le cas du Cousin, où les truites n'ont pas souffert historiquement des moulins et où le patrimoine de la ville d'Avallon est classé en ZPPAUP (voir l'ensemble des articles), nous avions évoqué à Belan-sur-Ource la diversité écologiquement intéressante des écoulements créés par les ouvrages répartiteurs (voir cet article). Les mêmes pratiques s'observent partout : étude préparatoire à charge, répétition du catéchisme sans analyse de biodiversité locale, absence d'objectif écologique précis, régime de responsabilité peu clair en cas de troubles liés au changement local des écoulements, prime à la casse du patrimoine et du paysage, acharnement sur des petits ouvrages sans impact réel, voire à effet positif, quand les grands barrages n'ont pas de projet. On jette l'argent public par les fenêtres pour des opérations cosmétiques décidées au nom de dogmes. Nous appelons évidement les riverains et les amoureux du patrimoine à participer aux trois enquêtes publiques.

Effacement de deux ouvrages à Tonnerre (Sirtava) - Enquête publique relative à l'effacement de deux ouvrages hydrauliques (services techniques et Bief Saint-Nicolas) du vendredi 3 juin 2016 au mardi 5 juillet 2016 inclus en mairie de Tonnerre. Le commissaire-enquêteur reçoit en mairie de Tonnerre, les 3 juin 2016 de 9 à 12 heures ; 18 juin 2016, de 9 à 12 heures ; 28 juin 2016, de 14 à 17 heures ; 5 juillet 2016, de 14 à 17 heures.

Effacement total ou partiel de trois ouvrages à Avallon (Parc du Morvan) - Enquête publique relative à l'aménagement de trois ouvrages hydrauliques (Moulins-Nageotte, Poichot et Mathey) du lundi 6 juin 2016 au jeudi 7 juillet 2016 inclus en mairie d'Avallon. Le commissaire-enquêteur reçoit en mairie d'Avallon, les  lundi 6 juin 2016, de 9 à 12 heures ; mardi 14 juin 2016, de 9 à 12 heures ; samedi 25 juin 2016, de 14 à 17 heures ; jeudi 7 juillet 2016, de 14 à 17 heures.

Effacement d'un ouvrage à Belan-sur-Ource (Sicec) - Enquête publique relative à l'effacement de l'ouvrage Massard à Belan-sur-Ource du 14 juin au 16 juillet inclus en mairie de Belan-sur-Ource. Le commissaire-enquêteur reçoit en mairie de Belan, les 16 juin de 09:30 à 12:30, 27 juin de 14 à 17 heures, 11 juillet de 09:30 à 12:30.

Illustration : moulin de Belan-sur-Ource.

3 commentaires:

  1. Nous sommes tous désolé de notre impuissance à convaincre les pouvoirs publics qui écrasent un peu plus chaque jour le patrimoine de nos moulins de façon irréversible sans se préoccuper qu’un jour il faudra faire les comptes.
    Il y a quelques années, devant toutes ces absurdités naissantes, j'ai commencé à travaillé pour comprendre la continuité écologique et j'ai recherché les solutions possibles pour associer une technologie au problème soit disant majeur des moulins, les problèmes de crues et de désertification de la main d'œuvre pour la manœuvre des vannages.
    J'ai mis au point le PANAVAN qui est une vanne automatique d'autorégulation de niveau qui se place en lieu et place d'une pelle de vannage sans infrastructure nouvelle. Ses atouts, elle fonctionne sans énergie et sans présence humaine.
    Ce dispositif répond parfaitement à la gestion des crues et à la gestion automatique des vannages.
    D'autre, pour répondre au plan européen anguille 2015, j'ai mis au point un dispositif de franchissabilité de l'anguille qui permet la montaison et la dévalaison de l'espèce, peu importe le niveau amont, toujours sans nouvelle infrastructure.
    Il existe donc des dispositifs qui peuvent répondre aux attentes écologiques sans dilapider des millions d'euros.
    Je vous interroge pour savoir de quelle façon ces informations pourraient être déposées auprès des commissaires enquêteurs lors des prochaines enquêtes publiques.
    Pour me contacter de façon simple 1862@wanadoo.fr
    Bien cordialement
    Daniel Vantillard

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour
    Vous êtes bienvenu pour participer à nos 4es rencontres hydrauliques (25 juin), qui tombent en plein dans ces enquêtes publiques, et présenter le système Panavan. Nous vous envoyons un message.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour
    Pourquoi détruire les moulins ? Sa fait partie de l'histoire, sa coûte moins cher de le rénover et embaucher une personne que de faire tous ces aménagements

    RépondreSupprimer