mercredi 22 mars 2017

Autoconsommation: équiper les moulins, une solution d'avenir!

Le journal télévisé de France 2 (20 mars 2017) a publié un reportage sur les Français qui pratiquent l'autoconsommation énergétique, avec ou sans injection sur le réseau. L'occasion de découvrir comment on peut équiper un moulin, avec un bon temps de retour sur investissement. Cette voie est désormais soutenue par les appels d'offres du ministère de l'Environnement comme par la loi de transition énergétique et les ordonnances sur l'autoconsommation : des dizaines de milliers de sites pourraient être restaurés et équipés à terme. Une solution intelligente et constructive pour nos territoires, fidèle à la raison d'être des moulins et usines à eau, apportant une contribution modeste mais concrète à un mix énergétique plus durable et une atmosphère plus propre. Cet horizon est autrement plus désirable que la destruction de ce patrimoine hydraulique agrémentant par ailleurs le paysage des rivières françaises et témoignant de la longue histoire de leurs usages. Les propriétaires ont donc tout intérêt à préserver leurs ouvrages et leur droit d'eau, conditions nécessaires pour produire demain et, s'ils ne veulent pas produire eux-mêmes, pour vendre ou léguer un bien qui sera susceptible de le faire.


2 commentaires:

  1. http://www.peches-sportives.com/wp-content/uploads/2017/04/4-pages-microcentrales-v8.pdf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avions vu cela passer. Rivières sauvages prétend que l'on peut équiper des seuils ou écluses déjà en place au lieu de construire de nouvelles centrales, mais en réalité ce lobby pousse également à leur destruction (comme le dynamitage sur la Valserine).

      Nous serions pour notre part tout à fait disposés à limiter la construction de nouveaux sites sur de rivières d'intérêt, si l'on avait une politique d'équipement et non d'effacement des innombrables ouvrages en place. Mais face à la mauvaise foi et au chantage sur toutes les rivières classées, face au refus de reconnaître que la continuité n'a pas été assez concertée, que ses méthodes ont été trop brutales et que ses attendus doivent faire l'objet de débats démocratiques au lieu de postures autoritaires, ce dialogue constructif n'est pas possible aujourd'hui. Tout ce qu'obtient le lobby de la casse avec ses postures intégristes depuis 2006, c'est un recul de la continuité. Qui a déjà largement commencé (décision du CE d'autoriser les usines en liste 1, quatre changements de loi, instruction ministérielle, chantiers en panne un peu partout) et qui est en bonne voie de se poursuivre (vote de la résolution du sénat à modifier substantiellement la loi sur l'eau dès la prochaine législature). Un gâchis...

      Supprimer