05/06/2019

Silence sur les milliards de la continuité, mensonges en série aux parlementaires, appel à casser encore les seuils: le ministère de l'écologie à la dérive

Avec près d'un an de retard, le ministère de l'écologie répond au sénateur Christophe Priou —l'élu demandait qui va payer les coûts (entre 2 et 4 milliards €) de "restauration de continuité écologique" sur 50 000 km de rivière. Non seulement le ministère de l'écologie ne donne pas l'information demandée - selon le mépris usuel de la haute administration pour le contrôle parlementaire de son action, notamment du bilan coût-efficacité de cette action  - mais il explique encore dans la réponse... qu'il faut effacer les ouvrages ! Ce que ne prévoit ni la loi française ni la loi européenne, et ce qui provoque depuis 10 ans la colère des riverains. Ce n'est pas le seul abus de pouvoir, le seul mensonge ni la seule omission de la réponse du ministère de l'écologie, habitué des falsifications pour justifier des dogmes. Nous y répondons ici point à point. On prétend promouvoir une continuité "apaisée" mais on organise en réalité le retour des enfumages,  des blocages et des contentieux. Que chaque lecteur le fasse savoir à son parlementaire et lui demande de saisir à nouveau le ministre de l'écologie pour qu'il s'explique vraiment. Car François de Rugy ne doit pas avoir la paix tant qu'il persistera à couvrir ainsi les tromperies de  la direction de l'eau et de la biodiversité de son ministère... ou à proférer des absurdités devant la représentation nationale. 



Question écrite n° 06033 de M. Christophe Priou (Loire-Atlantique - Les Républicains), publiée dans le JO Sénat du 05/07/2018 - page 3312:

«M. Christophe Priou attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur les problèmes importants posés par la continuité écologique.

En effet, le rapport du conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) publié au printemps 2017 a montré que le coût public moyen de chaque chantier est de 100 000 €, auxquels s’ajoute la part due par le propriétaire qui peut être du même niveau.

Le CGEDD note que le coût d’un aménagement de continuité écologique peut être équivalent voire supérieur à celui de la valeur foncière des biens concernés.

Comme un peu plus de 20 000 ouvrages sont classés en rivières à aménagement obligatoire selon le CGEDD, cela signifie un coût public de 2 milliards €, et autant pour les collectivités, particuliers ou exploitants.

Cette réforme étant exigible dans un délai de cinq ans seulement (2022-2023 selon les bassins), il lui demande comment seront supportés des coûts aussi importants, surtout pour des particuliers qui ne peuvent assumer une telle charge d’intérêt général.

Par ailleurs, il lui demande comment sera évalué le rapport coût-bénéfice de cette réforme de continuité écologique.»


Réponse du Ministère de la transition écologique et solidaire, publiée dans le JO Sénat du 23/05/2019 - page 2784 :

«La restauration de la continuité écologique des cours d’eau (libre circulation des poissons et des sédiments) est une composante essentielle de l’atteinte du bon état des masses d’eau conformément à la directive cadre sur l’eau.
MENSONGE : le coeur de la DCE 2000, c'est la pollution de l'eau. La continuité n'est pas "essentielle" au sens de facteur déterminant de l'écologie aquatique pour l'Union européenne. Elle est seulement mentionnée en annexe V de la directive cadre européenne sur l'eau 2000 comme une condition du "très bon" état écologique des rivières (pas le "bon état", qui est déjà l'objectif n°1), et cette continuité n'est qu'un domaine particulier parmi de très nombreux autres de la morphologie (domaine qui concerne en fait tout le bassin et les usages de ses sols). L'Europe n'a jamais fait du traitement des ouvrages de type moulins, étangs, lacs, canaux une priorité normative ou technique pour la qualité de l'eau, elle reconnait d'ailleurs la réalité écologique, sociale, économique des masses d'eau anthropisées (voir cet article). La recherche scientifique ne dit pas non plus que les discontinuités écologiques en long sont une cause majeure de baisse de qualité du milieu aquatique (voir cette synthèse) et quand on étudie vraiment les différents facteurs à l'oeuvre, on voit que les barrages sont très loin d'avoir un impact dominant (Villeneuve 2015) ni d'avoir un effet très négatif sur la biodiversité totale des poissons d'un bassin (Van Looy 2014). La chute brutale de la biodiversité après 1945 n'est pas associée au premier chef à des problèmes de continuité en long, mais une accélération de l'Anthropocène dont les "30 glorieuses" ont été une traduction en France. Par ailleurs la DCE 2000 demande d'abord le bon état chimique et écologique des eaux. La France est très loin de l'atteindre avec plus moitié des rivières en mauvais état chimique et autant en mauvais état écologique (voir sources). L'argent public dilapidé à casser des moulins, à détruire des barrages et à assécher des étangs est impardonnable alors que nous ne satisfaisons pas l'exigence première et prioritaire d'une eau saine. Ni nos objectifs climat et carbone par ailleurs ; c'est une absurdité de détruire des moulins et des barrages quand on peut produire une énergie bas-carbone dans tous les territoires (voir Punys et al 2019) et que leur réserve d'eau se révélera précieuse avec le changement climatique (voir Beatty et al 2017). 
Cette continuité est essentiellement impactée par les seuils et barrages sur les cours d’eau qui empêchent plus ou moins fortement le déplacement des poissons vers leurs habitats, refuges et frayères, qui ennoient certains de ces mêmes éléments et stockent les sédiments.
MENSONGE PAR CONFUSION : la continuité latérale (libre divagation de l'eau sur tout son  lit majeur) et non pas longitudinale est considérée dans beaucoup de travaux de recherche comme la composante la plus importante pour la biodiversité des hydrosystèmes : c'est dans les marges, bras morts, zones humides et écotones des interfaces rivières-ripisylves qu'on trouve en effet le maximum d'espèces, et ce sont ces milieux qui se sont le plus appauvris depuis 150 ans. Par ailleurs, la question sédimentaire est complexe, variable selon chaque bassin, et généralement assez peu liée aux seuils, voir ce point de vue d'expert.  La continuité en long concerne pour l'essentiel quelques espèces de poissons grands migrateurs, comme l'anguille ou le saumon. Ces grands migrateurs se trouvaient encore en tête de bassin au 19e siècle, parfois au 20e siècle, ce sont les grands barrages (pas les seuils ici mélangés avec eux à dessein par le ministère), les pollutions, la surpêche (et non les moulins anciens) qui les ont affectés (exemple sur Loire-Bretagne). 
Pour réduire ces effets, la loi a prévu des classements de cours d’eau qui rendent obligatoire pour les ouvrages existants en lit mineur d’assurer la circulation piscicole et le transport sédimentaire là où cet enjeu est fort.

La mise en œuvre de la continuité écologique nécessite la conciliation de plusieurs enjeux importants tels que l’hydroélectricité et le patrimoine.

Le comité national de l’eau (CNE) a travaillé pendant plusieurs mois en associant l’ensemble des parties prenantes, dont les représentants des fédérations de moulins, à l’élaboration d’un plan d’action pour une politique apaisée de restauration de la continuité écologique, consultable sur le site du ministère à l’adresse suivante :
MENSONGE PAR OMISSION : le ministère de l'écologie a ignoré l'essentiel des objections et propositions venant des moulins et riverains. La principale fédération d'associations de moulins (FFAM) ne reconnaît pas la valeur du plan proposé ni de sa circulaire de mise en oeuvre. Notre association indépendante non plus, des dizaines d'associations et collectifs en contact avec nous pas davantage. Nous demandions un plan où l'Etat ré-affirme clairement sa reconnaissance des ouvrages autorisés et son souhait de les préserver, cesse la destruction prioritaire des ouvrages, respecte la loi et ré-affirme donc les principes de "gestion durable et équilibrée de l'eau" à certains acteurs qui les ignorent, les contournent ou les refusent. Rien de cela n'est acté, nous constatons que l'administration centrale persiste dans la manipulation et la provocation, encore dans cette réponse au sénateur. Les conflits vont donc persister, et se durcir : nous n'attendons plus grand chose d'une administration qui n'a cessé de mentir, tromper, répondre à côté, divertir l'attention. Nous conseillons donc à nos adhérents d'aller désormais au contentieux au moindre abus de pouvoir d'un fonctionnaire DDT-M, AFB, agence de l'eau, comme nous irons en tant qu'association au contentieux contre tout programme administratif promouvant une destruction d'ouvrage contraire à la gestion équilibrée et durable de l'eau inscrite dans la loi. 
Celui-ci prévoit notamment un axe dédié à la connaissance des spécificités des moulins, parmi d’autres actions transversales pouvant également les concerner.

Si la recherche de financements est importante, la minimisation des coûts est essentielle.

Le plan national vise donc aussi à rappeler et encourager la mise en œuvre de solutions proportionnées aux enjeux et économiquement réalistes.

Le coût d’un dispositif de franchissement dépend de la hauteur à franchir et des exigences liées aux diverses capacités de nage des espèces à faire circuler.

Il s’agit souvent d’ouvrages de génie civil d’une technicité élevée et par nature coûteux.

C’est pourquoi lorsque l’enjeu de migration est fort (saumon), pour des petits ouvrages à faible rentabilité économique, des solutions d’abaissement de la hauteur du seuil ou de suppression sont effectivement mises en avant.
MENSONGE : le ministère de l'écologie a mis en avant la destruction partout, tout comme les représentants de l'Etat au sein des agences de l'eau. La casse des ouvrages est soutenue par le harcèlement réglementaire des maîtres d'ouvrages doublé d'une aide généreuse à la seule destruction (tout est payé en ce cas seulement). Concernant les saumons cités par le ministère, ils peuvent franchir les seuils anciens de moulin – la recherche scientifique a même montré que parfois, ils franchissent mieux les seuils que les passes à poissons réalisées sur les seuils, un comble (Newton et al 2017) ! Jamais la loi française (LEMA 2006) n'a prévu l'effacement, jamais la directive européenne DCE 2000 n'a prévu l'effacement. C'est un dogme de l'administration française et c'est ce dogme qui explique le blocage complet sur les rivières, le gouvernement étant illégitime dans sa prétention à détruire des propriétés, à faire disparaître des patrimoines, des paysages et des milieux appréciés, à refuser le financement des charges exorbitantes de continuité prévu dans la loi. Par ailleurs, dans les demandes sociales concrètes de continuité, on constate dans la plupart des cas que le lobby des pêcheurs de saumon exige en réalité le maximum de proies pour satisfaire son loisir : cela n'a rien à voir avec l'écologie de conservation, on peut parfaitement sauvegarder l'espèce saumon atlantique en France et en Europe sans tout casser sur chaque rivière pour ses fraies (voir Kareiva et Carranza 2017 pour une analyse critique des choix aux Etats-Unis, confrontés aux mêmes réflexions qu'en France). Cette politique  hexagonale est d'abord au service des intérêts particuliers d'un lobby qui a ses entrées dans les ministères français depuis des décennies, et qui avait déjà réussi à imposer la loi pêche de 1984 d'application aussi difficile que la LEMA 2006 sur ce volet migrateur.  Le déni de cette réalité faite perdre sa légitimité aux prétentions "écologiques" des choix actuels de continuité, dont les dépenses sont souvent absurdes et sans cohérence (ce qui n'est pas une fatalité). 
En revanche, dans certains cas où l’enjeu de la migration au droit d’un ouvrage serait plus relatif, des solutions moins coûteuses pourront être suffisantes.

Aucun coût moyen ne peut être appliqué compte tenu de la très grande diversité de solutions possibles.
MENSONGE : il est tout à fait possible de définir un coût moyen, médian et une dispersion en prenant l'ensemble des chantiers réalisés depuis 10 ans sur l'ensemble des bassins. Il serait urgent de mettre accès libre et simple le répertoire de toutes les actions sur ouvrages financées par bassin et rivière, d'avoir la transparence qu'exige l'action publique.  Car c'est justement le rôle des bureaucraties d'être au clair sur les sommes dépensées et d'en rendre compte aux citoyens comme à leurs représentants. Mais le ministère de l'écologie enfume sur les coûts, et il entretient l'opacité sur l'efficacité réelle de ses politiques. Le CGEDD avait obtenu (difficilement) des données partielles des agences de l'eau et le constat fait sur ces chiffres montre bien un coût public moyen de 100 k€ par chantier, auxquels s'ajoutent les coûts privés. Tout cela ne tient pas compte des coûts d'opportunité qu'il y a à détruire des ouvrages au lieu de les équiper pour la transition énergétique. C'est une énorme gabegie pour l'argent public des citoyens. 
Le plan d’action demande à chaque bassin de mettre en place un programme de priorisation, selon des critères d’impacts et d’enjeux écologiques, qui permette de concentrer les moyens humains, financiers et de contrôle de police.

L’objectif est de résorber de la manière la plus pragmatique les retards pris ou prévisibles sur les délais applicables.
AVEU : l'objectif n'est pas du tout de revenir à une continuité réaliste et apaisée, mais de "résorber des retards". On limite les moyens de l'Etat à quelques sites élus, on relègue les autres sites en zone de non-droit (ils sont obligés d'agir par la loi, mais l'Etat ne met pas de moyen sur les instructions, a fortiori les travaux), on persiste dans la pression à casser partout comme solution de première intention. Le plan du gouvernement est une mesure bureaucratique pour des bureaucrates, et un enterrement des critiques de fond contenus dans les rapports CGEDD 2017 et CGEDD 2012. Le ministère ne veut pas reconnaître que son classement de continuité de 2011-2012 est une faillite irréaliste. Et que le choix de la "renaturation" et de la "rivière sauvage", devenu un dogme d'administration centrale de l'écologie, n'a rien à voir avec ce que dit la loi sur les ouvrages et les rivières, ni avec ce qu'attendent les riverains appréciant les agréments des cours d'eau aménagés. 
Cette démarche de priorisation est cohérente avec l’action 39 du plan biodiversité qui vise la restauration de la continuité sur 50 000 kilomètres de cours d’eau d’ici à 2030.

Une instruction aux préfets est en cours de signature pour mettre en œuvre les actions du plan, notamment la concertation accrue entre services de l’État et avec les opérateurs (agence française pour la biodiversité, agences de l’eau), la co-construction avec toutes les parties prenantes et la mise en place rapide de la priorisation des ouvrages existants nécessitant des aménagements. »

A lire aussi
Techniques ordinaires de manipulation en évaluation écologique des seuils de moulins 
Les idées reçues sur la continuité écologique et sur les ouvrages en rivière (18 articles avec références) 
Rubrique science : plus de 170 articles et thèses doctorales recensés, pour comprendre la complexité de ces questions

Aucun commentaire:

Publier un commentaire