jeudi 20 octobre 2016

Brutal et minable: le syndicat de l'Armançon SMBVA essaie de détruire les barrages de nuit...

Seuil Saint-Nicolas, Tonnerre. Après avoir tenté de faire expulser les manifestants par les gendarmes, le Syndicat de l'Armançon SMBVA en est réduit à sortir la pelleteuse de nuit pour entamer la destruction du seuil Saint-Nicolas. Hydrauxois demandait à l'administration et au syndicat d'avoir la décence d'attendre l'avis du juge ; nous avons maintenant la réponse des partisans acharnés de la casse du patrimoine hydraulique français. Dont acte, mesdames et messieurs les casseurs, mais le spectacle de vos pratiques ne vous promet pas des lendemains qui chantent. A noter que, dans la plus grande confusion de ce chantier catastrophique, le propriétaire rive droite menace désormais de porter plainte si les machines du syndicat s'approchent de la partie du lit qu'il possède. Des militants campent sur la chaussée Saint-Nicolas cette nuit, et nous appelons tous les lecteurs de cet article à nous y rejoindre pour défendre la zone encore intacte. 


Les citoyens voulant empêcher le passage des engins sont refoulés par la gendarmerie. Qu'à cela ne tienne, on prépare les panneaux et direction la chaussée.


La chaussée Saint-Nicolas n'a pas encore tout à fait disparu, et ses défenseurs le font savoir. Qui eût dit, dans sa longue histoire, que des riverains grimperaient un jour sur son couronnement pour la défendre?


Au long de la rivière...


La pelleteuse entre en action sur la rive gauche et commence à casser la chambre d'eau, le radier et le magnifique système de vanne du moulin.


Après une pause, la pelleteuse profite du départ des manifestants pour sortir à la nuit tombante et commencer la casse! Mais l'un d'eux est encore dans les parages et retarde l'engin du mieux qu'il peut. D'autres le rejoignent pour bloquer la progression.


Retenez bien ces images, riverains du bassin de l'Armançon et autres cours d'eau de Bourgogne: c'est l'objectif affiché du syndicat de rivière, de la DDT, de l'Agence de l'eau Seine-Normandie et de l'Onema sur le maximum d'ouvrages hydrauliques, dont la disparition est programmée au nom de l'idéal de la rivière "renaturée". Et c'est votre argent qui paie ces démolitions. Si vous voulez conserver le patrimoine et le paysage de nos cours d'eau, si vous ne supportez plus ces pratiques d'apprentis-sorciers jouant avec le passé et l'avenir de nos vallées, il faut s'engager dès à présent pour bloquer les chantiers de Tonnerre et de Perrigny-sur-Armançon, mais aussi pour préparer la résistance sur tous les autres chantiers déjà programmés pour 2017. Restez connectés, la mobilisation ne fait que commencer!

Photographies : Alain Guillon et Gérald Charpentier

8 commentaires:

  1. Y'a pas l'air d'avoir foule, pour un ouvrage en plein centre ville

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Saint-Nicolas est moins central et moins visible que les services techniques. Mais petit à petit, du monde vient. heureusement, il ne faut pas 100 personnes pour bloquer une pelleteuse.

      Supprimer
  2. Bonjour,
    Avez vous besoin de résistants en plus? on ne voit sur les photos qu'une petite partie des manifestants, les autres font blocages sur un autre chantier ?

    RépondreSupprimer
  3. une chaussée ou seuil, n'est elle pas rattachée au moulin notamment par l'intermédiaire des droits et règlements d'eau non ?

    La propriété du moulin n'inclut t'elle pas la propriété
    du bief et des ouvrages accessoires liés à celui-ci, lui permettant de fonctionner. Même si ceux-ci ne sont pas
    mentionnés dans l'acte de vente ou s'ils sont situés
    sur la propriété d'un tiers ?
    Le propriétaire en rive droite de la chaussée concerné par votre article est il vraiment propriétaire d'une partie de la chaussée ?
    merci pour vos réponses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces éléments sont en discussion avec la DDT 89 (et la gendarmerie, bizarrement). Ils seront traités sur le fond par le juge, puisque le propriétaire rive droite va fondre sa plainte à la nôtre.

      Vous avez raison sur le principe, mais le droit est compliqué comme chacun sait. 1) Pour une présomption de propriété sur un fonds, il faut un usage exclusif de ce fonds, à vérifier dans le règlement d'eau (et les témoignages d'usage) si c'est le cas ; 2) la présomption de propriété (droit d'accession) découle du droit d'eau mais l'abandon manifeste du droit d'eau la rend justement caduque, ce qui est assez logique (rappel récent dans CAA 2004).

      Supprimer
  4. Comment faire pour sauver l'étang d'Etourvy 10210? Le SMBVA a jeté son dévolu sur ce site classé (projet 2017-2018) merci d'aider les riverains avec vos conseils . estellebuttel@gmail.com

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,

    Je viens de signer la pétition "prefecture@aube.gouv.fr ;: Sauvez l'étang d'Etourvy !"

    Pour en savoir plus et pour signer, c'est ici:

    https://www.change.org/p/prefecture-aube-gouv-fr-sauvez-l-%C3%A9tang-d-etourvy?recruiter=723223835&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

    Merci!

    RépondreSupprimer