samedi 22 octobre 2016

Tonnerre: la mobilisation continue, rejoignez la zone à défendre!

La zone à défendre du seuil Saint-Nicolas de Tonnerre a déjà résisté une semaine aux tentatives de destruction de l'ouvrage hydraulique. La semaine prochaine va être décisive : nous avons besoin de votre soutien pour continuer l'occupation pacifique du site et convaincre la préfecture de la nécessité d'un arrêt du chantier, le temps que la justice se prononce sur la légalité contestée de ces destructions. 


Une partie de la chaussée a été endommagée,
mais les manifestants ont réussi à repousser la pelle mécanique. 

Rappel des faits : malgré l'avis défavorable de l'enquête publique (pas d'intérêt général, pas d'intérêt écologique), la DDT de l'Yonne et le syndicat de l'Armançon (SMBVA) ont décidé d'effacer deux ouvrages de Tonnerre et un ouvrage de Perrigny-sur-Armançon. L'association Hydrauxois a exercé un recours gracieux contre la décision du Coderst en ce sens, auquel l'administration n'a pas répondu. A peine les arrêtés préfectoraux publiés dans la presse voici 10 jours, le syndicat a détruit à l'aube un premier seuil (services techniques de Tonnerre). L'association Hydrauxois a engagé une requête en annulation des deux arrêtés préfectoraux dès qu'elle en a eu connaissance.

La politique brutale et précipitée du syndicat de l'Armançon n'a qu'un seul but : en détruisant au plus vite les ouvrages, pousser le juge soit à un non-lieu, soit à un jugement favorable à la décision préfectorale. La politique de continuité écologique montre là son vrai visage : décision en petits comités fermés et isolés de la population, indifférence aux objections, avis d'enquête publique ou recours, mépris des voies démocratiques de résistance à des décisions perçues comme injustes et infondées par une large majorité de riverains directement concernés par la disparition des ouvrages et des retenues.

Depuis une semaine, le second seuil de Tonnerre (chaussée Saint-Nicolas) est devenu une zone à défendre. Les adhérents et sympathisants des associations et du collectif riverain opposés à la destruction ralentissent le chantier et font obstacle non-violent à l'avancée de la pelleteuse. Depuis mercredi, après intervention des gendarmes pour écarter les manifestants et laisser passer les engins mécaniques sur la voie publique, le barrage lui-même est occupé. Le propriétaire rive droite, qui n'a jamais donné son accord à l'intervention sur les berges et la moitié de lit lui appartenant, autorise les manifestants à s'y installer. Et il menace à son tour de porter plainte si les engins du syndicat pénètrent sa propriété pour la dégrader.

Le sénateur de Raincourt, qui avait déjà alerté la Ministre de l'Environnement cet été après information par notre association, a saisi vendredi son directeur de cabinet pour lui faire part de son inquiétude sur ces méthodes contestées et contestables. L'Yonne républicaine et France Bleue Auxerre ont couvert l'événement, d'autres médias sont attendus en début de semaine.

Hydrauxois appelle ses adhérents et sympathisants à rejoindre la zone à défendre pour prévenir une destruction irrémédiable de la chaussée. L'association va par ailleurs adresser une plainte à la police de l'eau pour pollution des berges en rive gauche, et elle saisira de nouveau lundi les services du préfet de l'Yonne pour solliciter l'engagement dans la seule solution raisonnable : le report du 2e chantier de Tonnerre et de celui de Perrigny-sur-Armançon, la poursuite des échanges devant la justice. Au demeurant, l'arrêté préfectoral prévoit la possibilité de prolonger la durée d'autorisation (article 7) : les travaux n'ayant aucun caractère d'urgence, ils peuvent très bien être réalisés à un prochain étiage, dans l'hypothèse où la justice reconnaîtrait leur légalité.

Pour nous aider à parvenir à cette solution, mobilisez-vous et rejoignez-nous à Tonnerre!


Le point de ralliement, chemin des Minimes à Tonnerre, aller dans le champ en rive gauche de l'Armançon. Venez nous y trouver, il y a du monde en permanence.

6 commentaires:

  1. 10 personnes dont les 4 membres de l'Arphoc, dur dur de mobiliser

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre compte n'est pas vraiment exact mais vous avez raison, mobiliser 24/24 sur une rivière, aux premières froidures de l'automne, pour dialoguer avec une pelleteuse n'est pas un exercice facile.

      On y parvient néanmoins.

      Dur dur d'effacer.

      Supprimer
  2. Saccage des rivières? En quoi la rivière est saccagée? Le seuil peut être mais pas la rivière ou apportez en la preuve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La "preuve"? Ce que vous ne comprenez pas : chaque rivière est une histoire autant qu'une nature. Son patrimoine est culturel et naturel, les moulins en font partie. Mais bon, pour vous il y a la biologie, le morphologie et les pelleteuses, le reste n'existe pas ou n'a pas de sens. On vous plaint, mais on ne souhaite pas pour autant que votre amnésie ou votre inculture devienne la nouvelle définition de la rivière.

      Supprimer
  3. Changer de titre, saccage des moulins, des chaussées, des belles vannes, du patrimoine mondial de l'humanité mais ne définissez pas ces travaux comme un saccage de la rivière, c'est le contraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien non, nous ne changerons pas de titre, pour la raison exposée ci-dessus. La rivière anthropisée est une réalité, la rivière sauvage un fantasme. Et vous détruisez l'une au nom de l'autre. Lisez donc les travaux des chercheurs géographes sur la rivière hybride et les interactions homme-écoulement depuis des millénaires. L'hydrobiologie et l'hydromorphologie ne sont qu'une des lectures possibles de la rivière (par la science et l'expertise), vous n'avez aucune légitimité à prétendre qu'elle est la seule (y compris dans la science et l'expertise). Et encore moins de légitimité à parler au nom de tous les citoyens, car rien ne démontre qu'une majorité préfère la rivière renaturée à la rivière aménagée. En tout cas dans l'enquête publique qui nous concerne, ce fut le contraire.

      Supprimer