dimanche 13 novembre 2016

L'opposition à la destruction des barrages aux Etats-Unis (Cox et al 2016)

Pour les partisans de la destruction des ouvrages hydrauliques, les Etats-Unis apparaissent parfois comme un pays de Cocagne : celui où l'on démantèlerait petits et grands barrages dans un grand enthousiasme collectif face à l'évidence des bienfaits de la "nature renaturée". Le travail de trois chercheurs, géographes au Dartmouth College, sur l'opposition à la destruction des ouvrages de Nouvelle Angleterre vient opportunément rappeler qu'il n'en est rien. Les Etats-Unis effacent peu (par rapport au parc installé) et ces effacements rencontrent des oppositions, poussant au report ou à l'abandon d'un nombre non négligeable de projets. Les opposants revendiquent l'esthétique, l'histoire, la vie sociale et même l'écosystème d'une nature anthropisée, avec la ferme volonté de la transmettre comme telle aux générations futures. Outre-Atlantique comme en France, la micropolitique de la contestation pointe l'attitude lointaine des administrations et ONG apportant leurs projets  de destruction des cadres de vie locaux au nom d'enjeux environnementaux peinant à convaincre qu'ils représentent un quelconque bien commun pour les populations concernées. Analyse des mobilisations citoyennes en marche.

En 2008, après 8 ans d'études, la ville de Greenfield (Massachusetts) accepte d'effacer deux barrages (Wiley et Russell, Mill Street) sur la rivière Green. Le second chantier se révèle trop coûteux, les efforts se concentrent sur le premier. Un plan, soutenu par 17 administrations et organisations non gouvernementales (de la NOAA à Trout Unlimited), propose de dépenser 500.000 $ sur 5 ans pour la suppression du barrage de Wiley et Russell. En août 2014, après une campagne locale des habitants, le maire de Greenfield prend la décision unilatérale d'arrêter le projet.

Cette anecdote introduit l'article de Coleen A. Fox, Francis J. Magilligan et Christopher S. Sneddon, trois géographes du Dartmouth College. Leur objectif : comprendre la manière dont s'articulent les oppositions aux effacements de barrage en Nouvelle Angleterre.

La région de la Nouvelle-Angleterre, au Nord-Est des États-Unis, est composée de six États (Maine, Massachusetts, New Hampshire, Vermont, Rhode Island et Connecticut). C'est une de régions dont les cours d'eau sont le plus fragmentés,avec 14.000 ouvrages. Certains datent de la Révolution industrielle. D'autres, plus anciens, coïncident avec de premiers moulins et sont contemporains de la colonisation des Etats-Unis d'Amérique par les Européens.

A date, 127 ouvrages ont été démantelés volontairement dans cette région, plus d'une cinquantaine sont en étude de démantèlement. L'objectif écologique principal est de restaurer la connectivité des cours d'eau, en particulier pour les poissons migrateurs. L'argument le plus souvent avancé est que les barrages sont vieillissants, ont perdu leur finalité industrielle originale, présentent des risques et ne font pas l'objet de projet d'investissement en réparation de la part de leur maître d'ouvrage.  Mais environ 50 projets de destructions ont été différés ou annulés en raison de l'opposition locale au chantier, soit plus du quart de l'ensemble.


Exemples de barrages dont le démantèlement fait l'objet de contestation, Cox et al 2016, art cit, droit de courte citation.


Pas hors de mon jardin (NOOMBY) ! Un défi pour une industrie de la renaturation au budget de 1 milliards USD par an...
Au cours de leur enquête, Coleen Fox et ses collègues ont rencontré les parties prenantes des projets d'effacement et analysé leurs argumentaires (réseaux sociaux, documents de campagne). "A l'opposé du phénomène longtemps observé 'pas dans mon jardin' (NIMBY, not in my backyard), 'pas hors de mon jardin' (not out of my backyard, NOOMBY) est en train de devenir rapidement le cri de ralliement informel des individus et des groupes hostiles à la suppression de barrage dans la région", soulignent les chercheurs. Et ils précisent: "Les enjeux politico-économiques sont importants: aujourd'hui aux Etats-Unis, la restauration de rivière est une industrie à 1 milliard $ par an".

Voici quelques exemples de citations exprimant le ressenti des citoyens hostiles à la suppression des barrages :

  • "vous tuez le barrage, vous tuez une part de moi-même"
  • "ce serait une honte de perdre cette magnifiique ressource naturelle"
  • "vous saviez, vous saviez à leur attitude, à leur posture, que leur stratégie était de le détruire"
  • "sauvez le barrage et son écosystème unique pour que les générations futures en profitent"
  • "mes parents l'ont apprécié. Je l'apprécie. Mes enfants l'apprécient et, espérons-le, mes petits-enfants pourront l'apprécier"
  • "sauver le barrage, sauver la nature, sauver le plaisir"
  • "une fois que l'histoire a disparu, elle a disparu pour toujours"
  • "c'est une super aire de loisir et même temps qu'un écosystème établi. Drainer cette ressource affectera non seulement la communauté, mais aurait aussi des effets drastiques sur la faune et la flore du coin"

Comment se structure l'opposition aux destructions de barrage?

Le premier angle est l'attachement au cadre de vie formé par l'histoire, l'identité et l'esthétique du territoire. Les ouvrages sont décrits par leurs défenseurs comme "une part de l'histoire", "une part de la culture", qui a toujours été présente de mémoire d'homme. La communauté locale s'articule autour d'eux. Il y a souvent un simple plaisir esthétique à la retenue "qui a toujours été là", sans qu'il soit besoin de revendiquer un héritage culturel à forte valeur patrimoniale.

Le deuxième angle, pouvant paraître contradictoire, est la défense de la nature. Pour les riverains, l'hydrosystème formé par le barrage s'assimile à un écosystème à fort intérêt, avec des espèces familières et visibles souvent citées (hérons, canards, etc.). Parfois, des espèces invasives sont évoquées comme pouvant coloniser l'endroit si le barrage disparaît (cas particulier des lamproies connues comme espèce invasive nuisible dans les Grands Lacs). Les trois chercheurs prennent soin de souligner que si certaines assertions sont fausses au regard de la connaissance scientifique en écologie des milieux aquatiques, elles montrent néanmoins l'importance critique de "la nature" comme phénomène "socialement construit à travers des institutions et des mentalités scientifiques, culturelles et politiques". La nature anthropisée peut très bien être perçue comme "authentique" voire "sauvage" dans l'expérience des citoyens ordinaires qui la côtoient.

Le troisième angle est celui de la "micropolitique". Cette micropolitique se décline en réflexe de défense "David contre Goliath" (programmes fédéraux lourdement financés et ONG nationales contre citoyens localement mobilisés), en opposition insider versus outsider (les tenants de la destruction ne sont pas des locaux), en ressentiment contre des inégalités ou opacités d'affectation des financements publics (y compris entre territoires), en langage de classe parfois (des fonds de soutien à la nature très bien dotés par des personnalités riches de la région) et enfin en conflits interpersonnels (la destruction de barrage comme outil d'ascension et promotion de certaines personnes localement influentes).

Conclusion des trois géographes : "Ce qui est évident à partir de notre recherche, c'est le besoin de considérer sérieusement comment l'esthétique, le sens du lieu, l'histoire et la connaissance environnementale concourent à influencer les perceptions et l'attachement à ces types de paysages fortement anthropisés qui caractérisent l'Anthropocène. Dans certains effacements de barrage, cela peut être simplement une résistance au changement que l'intervention apporte. Mais, pour sa plus grande part, notre recherche suggère que les raisons à l'opposition sont bien plus complexes".

Il y a des effacements qui se passent bien et d'autres qui se passent mal, des oppositions qui s'atténuent et d'autres qui se renforcent, des opinions qui se figent et d'autres qui évoluent. La diversité et la volatilité des représentations font partie de la complexité de cette question, comme le rappellent Cox et ses collègues.

Discussion
L'approche scientifique de l'effacement de barrage a été essentiellement portée par des disciplines comme l'hydrobiologie ou l'hydromorphologie, en vue de prédire comment des écosystèmes, des fonctionnalités ou des assemblages d'espèces peuvent répondre à des modifications des lits mineurs et majeurs de la rivière. La géographie comme les sciences humaines et sociales apportent un regard différent sur la manière dont les paysages et les environnements ont été modifiés sur la longue durée et sont perçus par les acteurs concernés. En France, des travaux (encore rares) sont menés par certains chercheurs sur ces dimensions (voir par exemple, depuis une dizaine d'années, les publications du groupe de recherche sur les représentations des paysages et de la nature dans les petites vallées de l'Ouest de la France face aux projets de restauration écologique ; voir nos recensions récentes de Le Calvez 2015, de Lespez et al 2016 et de Lespez et Germaine 2016).

La recherche de Fox, Magilligan et Sneddon sur les résistances aux destructions de barrage en Nouvelle Angleterre montre des convergences transculturelles manifestes de part et d'autre de l'Atlantique. Les acteurs sont différents mais les ressorts de l'action et les constructions de l'argumentation empruntent souvent les mêmes voies. Nombre de verbatims reproduits par les géographes états-uniens pourraient se retrouver dans la bouche de défenseurs français des ouvrages hydrauliques.

Sans pouvoir les quantifier précisément (voir le mémoire de stage de N. Defarge sur la perception des propriétaires d'ouvrages de l'Armançon pour un début d'objectivation), des différences apparaissent également. La dimension patrimoniale (histoire, culture) pèse sans doute d'un poids un peu plus lourd dans notre pays, car les moulins (principaux concernés par les effacements) y sont plus anciens et souvent perçus comme des "icônes" sympathiques, à tout le moins inoffensives, du passé des rivières. Un autre aspect est la dimension énergétique, absente des débats rapportés dans la recherche nord-américaine alors qu'elle est en France plus souvent invoquée. Cela tient au fait que la France n'a jamais eu beaucoup de ressources fossiles en sous-sol (inversement, elle a eu une tradition hydraulique précoce), que son modèle nucléaire est aujourd'hui ébranlé et qu'il existe des programmes volontaristes de développement des énergies peu émettrices de carbone, l'ensemble rendant peu compréhensible dans la présente conjoncture la destruction d'ouvrages pouvant produire de l'électricité "verte".

Du côté des partisans de la destruction, si les lobbies sont sensiblement les mêmes (environnementalistes et pêcheurs) avec aux Etats-Unis un arrière-plan culturel spécifique de valorisation du sauvage (wilderness) et des occupants premiers de la terre (Indiens), l'administration montre en France une posture beaucoup plus dirigiste et autoritaire qu'outre-Atlantique, fonctionnant plus volontiers sur le mode de l'injonction et de la contrainte. Ce qui n'est pas pour réduire la conflictualité : il semble que, selon les départements, 5 à 25% seulement du programme (obligatoire) d'effacement ou aménagement d'ouvrage est réalisé à date (au lieu des 100% accomplis en 2017-2018). Les projets les plus simples ont été engagés les premiers, une résistance plus organisée aux effacements se diffuse et le financement public est insuffisant pour des solutions non destructrices : la poursuite du programme devrait être difficile s'il n'est pas amendé. L'échec provisoire des chantiers "pilotes" sur les grands barrages de la Sélune est révélateur du moment de flottement et de doute politique sur le bien-fondé de la réforme (voir nos articles).

La politique des rivières est un de ces topiques où, dans les sociétés industrialisés, l'écologie tente de passer du registre classique de la précaution et de la prévention (limitation de nuisances à la source) à celui, plus ambitieux, de la conservation et de la restauration (mise en avant des espèces et habitats comme d'intérêt général pour la société, de portée possiblement supérieure à d'autres fondements du même intérêt général). Face aux objections et aux contestations des tentatives en ce sens, certains de ses promoteurs sont restés dans un registre assez classique d'interprétation de la résistance à l'innovation politique: les opposants ne comprennent pas (ou représentent des intérêts particuliers résiduels), quand ils comprendront l'évidence du progrès s'imposera, les réformes se généraliseront et la nouvelle communion à la nature apportera une émancipation par rapport aux époques antérieures. La réalité risque d'être plus dérangeante et plus prosaïque que cette sotériologie implicite : la "nature renaturée", bien loin d'avoir pour elle la supériorité d'une quelconque évidence morale, esthétique, politique ou scientifique, bien loin de porter le retour à une authenticité perdue en fermant une parenthèse historique qui aurait créé cette perte, apparaît au même titre que la nature anthropisée comme une option gestionnaire parmi d'autres de l'âge de l'Anthropocène. Une option jugée à des choses relativement banales – ses coûts, ses contraintes, ses bénéfices –, des choses sans doute terriblement banales pour ceux qui y voyaient une manière tout à fait nouvelle d'organiser les rapports de l'homme à son environnement et au vivant.

Référence : Fox CA et al (2016), "You kill the dam, you are killing a part of me": Dam removal and the environmental politics of river restoration, Geoforum 70, 93–104

A lire également sur les effacements aux Etats-Unis
États-Unis: des effacements de barrages peu et mal étudiés (Bellmore et al 2016)
Le "désaménagement" des rivières en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis (Lespez et Germaine 2016)
Les Etats-Unis n'ont effacé que 1000 barrages en un siècle (mais la France prétend en traiter 15.000 en 5 ans…)

4 commentaires:

  1. Toujours prompt au comparatif! Les arguments des opposants sentent bon le renouveau tout comme leur tout nouveau président. Trop forts les américains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les arguments des habitants visent manifestement à préserver un état désirable de leur cadre de vie et les chercheurs n'ont pas procédé à une analyse par sympathies partisanes "nationales". Difficile dans ces conditions de leur attribuer tel ou tel positionnement.

      Supprimer
  2. Le « renouveau »... dérives intégristes et passéistes pour revenir à la rivière de la préhistoire et mettre sous cloche. Grand retour en arrière, éloge réactionnaire de la nature « authentique », « native », « autochtone ».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que certains qualifient toute espèce nouvelle d'invasive ou indésirable, ce qui est un peu problématique car bon nombre d'espèces qui nous entourent ont été, à un moment ou un autre, pour une raison ou une autre, des invasives. A commencer par le genre Homo et notre espèce Homo sapiens qui ont "envahi" la planète à de nombreuses reprises depuis 2 millions d'années!

      Mais cela bouge quand même beaucoup en écologie (la science, pas la militance), l'image fixiste des milieux que certains ont proposé au XXe siècle correspond de moins en moins aux données qui s'accumulent sur l'évolution du vivant. Nous verrons si l'Anthropocène est finalement acté comme le nouveau nom de notre époque géologique, mais d'ores et déjà, certains devraient réviser leurs manuels (et leurs logiciels de pensée).

      Outre l'absence de fondement scientifique très solide à l'image d'un milieu à jamais fixé dans sa biotypologie, la nature est de toute façon une construction sociale. Une autre citation des chercheurs : "Contestations over dam removal suggest that questions about what, exactly, constitutes a desirable ecosystem and, concomitantly, a place to live and engage with, will increasingly characterize environmental politics in the Anthropocene."

      Supprimer